-- -- -- / -- -- --
Nationale

Dix perquisitions et douze arrestations à Jijel et Batna

Dix perquisitions et douze arrestations à Jijel et Batna

Les enquêtes de la Gendarmerie nationale (GN) ont mené à l’arrestation de 12 informateurs d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) à Jijel et Batna. Avant ces opérations antiterroristes, les gendarmes de la section de recherches ont interpellé 35 autres informateurs, dont cinq femmes, lors de perquisitions effectuées à Batna, Biskra et Skikda.

L’est du pays est devenu une plaque tournante pour AQMI. Les informateurs, de plus en plus nombreux, fournissent renseignements et assistance aux terroristes.

Deux cellules de soutien aux groupes terroristes affiliés à AQMI ont été démantelées mercredi passé par les gendarmes des sections de recherches de Jijel et Batna, suite à de longues enquêtes permettant ainsi l’arrestation de 12 informateurs âgés entre 27 et 50 ans.

Selon une source proche de la GN, le démantèlement des deux cellules a été effectué suite à des renseignements parvenus aux gendarmes enquêteurs.

Ces deux cellules ont approvisionné les groupes d’Al-Qaïda en nourriture et leur ont fourni des informations sur le mouvement des forces de sécurité dans la région. La première cellule, démantelée à Jijel, comptait sept mis en cause, qui ont été présentés jeudi dernier devant le procureur de la République près le tribunal de Taher pour aide et assistance aux groupes terroristes et non-dénonciation de criminels. Ils ont été placés sous mandat de dépôt.

Les gendarmes de la section de recherches de Jijel ont interpellé en premier lieu le nommé D.N., âgé de 50 ans, et son neveu âgé de 40 ans, demeurant tous deux dans la commune de Chekfa, et ce pour aide et assistance aux groupes terroristes activant dans la région.

Interrogés, les deux informateurs d’AQMI ont livré d’autres noms de complices qui seront, arrêtés 24 heures plus tard ont été interpellés les nommés K. H (27 ans), L. A. (27 ans), G. R. (32 ans) et H.M., 25 ans.

Le septième mis en cause a été interpellé, quant à lui, au cours de l’enquête, a précisé la même source. Par ailleurs, les gendarmes de la section de recherches de Batna ont réussi un autre coup de fil et dans les milieux terroristes. Ainsi, cinq autres informateurs ont été interpellés suite à une opération antiterroriste.

Il s’agit des nommés S. A. (30 ans), A. M. (40 ans) et les trois cousins âgés de 35 à 50 ans, demeurant tous au centre-ville de Merouana. Arrêtés pour aide et assistance aux groupes terroristes affiliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique et non-dénonciation de criminels, les quatre premières cités ont été écrouées et le dernier a été placé sous contrôle judiciaire.

Pour rappel, les membres de cette cellule ont été interpellés par les gendarmes de ladite unité dans le cadre d’une enquête ouverte suite à l’attaque commise par un groupe terroriste contre une caserne de l’Armée nationale populaire à Oued Chaâba (Batna), en juillet passé.

La même cellule aurait porté assistance au groupe armé auteur de l’attentat à la bombe, en juin dernier, qui a tué un colonel et blessé son adjoint en pleine opération militaire dans les massifs jouxtant la ville de Batna. Ces opérations font suite au démantèlement d’une vaste cellule de soutien et d’assistance aux groupes terroristes d’AQMI, composée de 35 informateurs, dont cinq femmes.

La cellule en question était en activité à l’est du pays, notamment à Batna, Biskra et Skikda. A Taxlent, Mechounèche (Biskra), Kerkra, Collo et Béni Zid à Skikda, des perquisitions avaient auparavant été effectuées par les gendarmes, ce qui a donné lieu à l’arrestation des 35 informateurs.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email