-- -- -- / -- -- --
Nationale

Directeur de l’hôpital de Boufarik : “Nous sommes passés par une période très pénible”

Directeur de l’hôpital de Boufarik :  “Nous sommes passés par une période très pénible”

Dans une courte interview ce mardi avec le Jeune Indépendant, Réda Daghmouch le directeur de l’hôpital de Boufarik où s’est déclenché le Covid-19, évoque les pénibles péripéties subies par le personnel soignant et la tension qui a régné aux premiers semaines de la pandémie .

Le Jeune Indépendant : L’EPH de Boufarik a une histoire avec la Covid-19, qu’en est-il ?

Réda Deghmouch : L’Algérie, comme tous les pays du monde, a été touchée par un virus inconnu, la Covid-19. La situation était nouvelle, inattendue et surtout extrêmement stressante en raison de la rapidité de la contagion. En dépit du manque de moyens, il a donc fallu prendre des mesures préventives, dont la distanciation, le lavage des mains et le port obligatoire d’un masque.
Effectivement, c’est au niveau de notre hôpital que le coronavirus a été signalé pour la première fois. Deux cas ont été enregistrés il y a presque une année, une mère et sa fille de Blida. Elles se sont présentées au service des maladies infectieuses avec les symptômes d’une pathologie inconnue. C’est à partir de ce moment-là que notre hôpital a commencé à recevoir des sujets contaminés.  Alors que le gouvernement avait ensuite fermé la wilaya de Blida a vu de l’augmentation du nombres des contaminations ayant conduit à des décès,  le personnel médical était submergé tant tous les lits étaient occupés et le personnel qui travaillait non-stop était épuisé. Nous sommes passés par une période vraiment difficile. Nous devons souligner les aides apportées par les autorités et les associations caritatives conjugué au civisme des habitants de Boufarik pour faire face à ce danger sans précèdent.

Quelle est la situation actuelle ?

Aujourd’hui, Dieu merci, la situation épidémiologique est en baisse. Le taux d’occupation est d’environ 30% depuis plus d’une semaine. ce mardi, nous avons 30 lits occupés sur les 138 existants ? C’est une bouffée d’oxygène pour l’ensemble du personnel soignant tous corps confondus. Dans un passé récent, nos services ont affiché complet. L’Etat a mis tout en œuvre pour prendre en charge tout sujet contaminé. Et depuis, le citoyen a appris à gérer seul cette situation pandémique. Je dois souligner aussi que le test PCR mis à la disposition de notre hôpital est opérationnel. D’ailleurs, les premiers tests sont en train d’être effectués en ce moment. Les résultats seront rapidement connus afin de décider du sort du patient présent dans nos services.

Selon la commission sanitaire, la vaccination entrera en vigueur, au plus tard dans deux semaines. Une sensibilisation est de mise pour cet acte, quel est votre avis ?

Toutes les nations du monde sont favorables à cette vaccination. La commission sanitaire de notre pays également. La vaccination reste le seul remède contre cette pandémie, comme pour toute maladie infectieuse. La sensibilisation est l’affaire de tous, c’est la responsabilité de tout un chacun. Ceci sans oublier que la prévention doit-être maintenue et la vigilance de mise.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email