Diplomatie économique : La nécessaire dynamisation des conseils d’affaires – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Diplomatie économique : La nécessaire dynamisation des conseils d’affaires

Diplomatie économique : La nécessaire dynamisation des conseils d’affaires
Tayeb Zitouni.

Compte tenu de leur rôle primordial dans la diplomatie économique, les conseils d’affaires sont appelés à revoir leur copie et leur fonctionnement, et ce en œuvrant selon une nouvelle approche à même de leur permettre de jouer amplement leur mission. C’est la recommandation émise lors de la rencontre sur le rôle des conseils d’affaires dans la dynamisation de la diplomatie économique, organisée ce dimanche à Alger.

 

La lumière a été faite sur le rôle et l’importance de ces conseils dans la dynamisation de la diplomatie économique. Tayeb Zitouni, ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, en compagnie de son homologue des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, a souligné la nécessité de revoir l’activité des conseils d’affaires, en redéfinissant notamment les objectifs escomptés, dans le but de contribuer à asseoir les bases d’une diplomatie intelligente au service du développement national, des institutions et des investisseurs, partout dans le monde, en application de l’engagement 49 du président de la République. « L’évaluation objective de l’activité des 42 conseils d’affaires nous a montré la nécessité de revoir leur travail », a-t-il indiqué lors de son allocution d’ouverture des travaux, à laquelle ont pris part plusieurs responsables et acteurs économiques. « La révision de l’activité des conseils d’hommes d’affaires est une nécessité pour promouvoir la diplomatie économique de l’Algérie », a assuré M. Zitouni, ajoutant que « la force d’un pays se mesure à sa force économique ».

Selon le ministre, le rôle des conseils d’hommes d’affaires ne doit pas se limiter à la promotion des échanges commerciaux mais devrait être un mécanisme qui saura tisser des partenariats stratégiques prometteurs, affirmant que les expériences des autres pays ont démontré le rôle pionnier de ces conseils dans le développement des relations bilatérales. « C’est un mécanisme sur lequel les autorités comptent beaucoup pour s’adapter aux changements économiques », a-t-il signalé.

Une nouvelle vision s’impose donc pour ces conseils d’affaires pour jouer leur rôle. Le premier responsable du secteur du commerce a, dans ce sens, signalé l’organisation d’ateliers dans l’objectif de tracer les nouvelles visions et les objectifs stratégiques, avec la détermination des mécanismes nécessaires pour dépasser les obstacles qui freinent le rôle diplomatique de ces acteurs économiques.

Zitouni, qui a indiqué que cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’une série de rencontres organisées avec d’autres départements ministériels concernés par l’accompagnement des opérateurs économiques dans leur déploiement sur les marchés extérieurs, a assuré que « le commerce extérieur ne peut atteindre les objectifs tracés sans l’implication de la diplomatie ».

Il n’a pas manqué de mettre en évidence la dynamique économique qu’a enregistrée le pays, résultat « des réformes profondes opérées par le président de la République ». Ces dernières ont permis au pays d’atteindre des résultats inédits car, « en quatre années et demie, l’économie nationale a réalisé des résultats positifs, lesquels ont transformé l’Algérie d’un pays importateur à un pays producteur et exportateur de plusieurs produits ».

Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères, Ahmed Attaf, a mis en exergue les avancées enregistrées par l’économie nationale, citant les principaux indicateurs qui démontrent la bonne santé économique et financière du pays. « On ne peut qu’être fier des résultats positifs réalisés grâce aux politiques, aux réformes et aux choix engagés par le président de la République », a-t-il noté, soulignant l’importance de l’organisation de cette rencontre sur la diplomatie économique mais surtout le timing de sa tenue.

Il a également souligné l’importance de ces conseils d’affaires qui regroupent les acteurs économiques, soulignant que l’Algérie a créé ces mécanismes de coopération depuis les années 1990 et compte désormais plus de 40 conseils avec des pays africains, européens, asiatiques et américains. Le temps est donc venu pour évaluer le travail de ces conseils, déterminer les raisons qui ont fait que certains n’ont pas fonctionné et aussi identifier les obstacles qui ont empêché l’activation d’autres, sans oublier de s’inspirer des exemples réussis.

L’engagement du département des Affaires étrangères a été réitéré par M. Attaf, qui a fait savoir que son département est fortement impliqué dans la promotion de la diplomatie économique. Prenant part à cette rencontre, le président du CREA, Kamal Moula, a signalé la nécessité pour les membres des conseils d’affaires de former des groupes de travail afin de jouer un rôle plus actif tout au long de l’année.

 

Lancement d’une plate-forme numérique

 

Le ministre du Commerce a, par ailleurs, annoncé le lancement par la CACI d’une plate-forme numérique interactive, consacrée à l’encadrement et la gestion des conseils d’hommes d’affaires, opérationnelle depuis hier. « Avec une coordination entre les secteurs et institutions concernées, cette plate-forme permettra aux différents opérateurs de disposer de toutes les données nécessaires et nouveautés », a précisé le ministre. Elle servira donc de passerelle, laquelle va relier les hommes d’affaires algériens et étrangers et où seront communiquées toutes les activités des deux côtés.

En plus des avantages offerts aux opérateurs économiques locaux, elle facilitera aussi la tâche aux hommes d’affaires étrangers en leur offrant une meilleure visibilité sur le marché algérien, en plus de leur faciliter la demande et l’obtention d’un visa. Le président de la Chambre algérienne du commerce et de l’industrie (CACI), Kamal Hamenni, a souligné l’importance de cette plate-forme, qui permettra une meilleure coordination des actions et surtout un gain considérable de temps. « En un seul clic, on peut disposer de toutes les informations nécessaires relatives à une opération d’exportation et aussi la vision sur le pays donné », a-t-il précisé, signalant l’accessibilité de cette plate-forme pour les hommes d’affaires algériens et étrangers.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email