-- -- -- / -- -- --
Op-Ed

Digitalisation en Pologne: Comment les banques ont aidé les citoyens?

Digitalisation en Pologne: Comment les banques ont aidé les citoyens?
La banque centrale au poumon de la transformation digitale

Au cours de la dernière décennie, la Pologne est devenue un pays à haut niveau d’avancement dans l’administration électronique. Le moteur du développement de la numérisation dans ce pays est le secteur bancaire, dont les solutions innovantes ont été utilisées par l’administration publique.

L’héritage bureaucratique du XXe siècle
Au tournant des XXe et XXIe siècles, l’administration publique en Pologne était embourbée dans la bureaucratie, ce qui encourageait les citoyens à éviter tout contact avec les bureaux et les décourageait de diriger une entreprise.

Le processus de création de la société était long et nécessitait de remplir de nombreuses conditions formelles. En pratique, cela signifiait la nécessité de circuler entre les différents bureaux afin d’obtenir des cachets. Les déclarations de revenus annuelles étaient également un cauchemar pour les entrepreneurs et les personnes physiques.

Les remplir sous forme papier exigeait précision et compétences comptables. Les personnes dont les revenus provenaient de plusieurs sources devaient souvent sous-traiter cette tâche à des conseillers fiscaux spécialisés. Il arrivait aussi que des citoyens et des entreprises, par ignorance, ne profitent pas des avantages fiscaux auxquels ils avaient droit. Il y avait des processus bureaucratiques encore plus compliqués. Ils nuisaient non seulement aux citoyens mais aussi aux fonctionnaires, car ils les encombraient de “travail de papier”.

Les gouvernements successifs ont tenté en vain de réduire l’ampleur de la bureaucratie en simplifiant les réglementations administratives. Le fiasco a pris fin, entre autres lancé en 2008, le programme „une fenêtre”. Il a alors été décidé que toutes les autorisations nécessaires à la création d’une entreprise devaient être réunies en un seul point.

Malheureusement, cela a généré de longues files d’attente aux points d’enregistrement des entreprises.
En revanche, l’introduction en 2008 de la possibilité de règlement des impôts via Internet et de la possibilité de reverser 1% d’impôt pour les activités de toute organisation non gouvernementale, introduite en 2007, s’est avérée un succès.

Diverses associations ont commencé à demander à des professionnels de l’informatique de créer des programmes informatiques accessibles au public pour la comptabilisation de leurs déclarations de revenus annuels. Ils posent une dizaine de questions simples qui permettent de saisir les données obtenues auprès de l’employé/l’entrepreneur dans les champs appropriés et aident à déterminer à quels allègements fiscaux le contribuable a droit, par exemple demander le nombre d’enfants permet de calculer le montant de l’allègement fiscal dû.

Remplir le formulaire prend environ 10 minutes et se termine par l’envoi du document par e-mail au bureau des impôts. En quelques minutes, le contribuable reçoit une confirmation officielle de soumission de document à son adresse e-mail. En 2014, 5 millions de contribuables ont profité de cette option. Actuellement, ce formulaire est préféré par la grande majorité des 25 millions de contribuables en Pologne.

Les banques à l’avant-garde de la digitalisation
Au le même temps, le processus de numérisation du secteur bancaire a commencé à se développer. Les banques à capitaux étrangers ont d’abord été des pionnières.

En 2000, la « mBank » allemande a été la première à proposer des services bancaires électroniques. Il a permis aux clients d’effectuer des virements et de suivre les opérations de compte bancaire en ligne sans quitter votre domicile. En quelques années, ce service est devenu un standard dans tout le secteur bancaire. Conjugué au développement dynamique du réseau de guichets automatiques et de distributeurs automatiques de billets, cela a entraîné une réduction radicale des files d’attente dans les agences bancaires. Au fil du temps, de plus en plus de services, tels que la souscription de prêts et l’ouverture de dépôts, sont devenus possibles via Internet.

mBank pionnière en services numériques

Avec l’accession à la présidence de M. Zbigniew Jagiełło en 2009, la banque étatique « PKO BP » est devenue le leader de la numérisation dans le secteur bancaire . Elle a été la première à introduire par exemple des applications qui permettent d’effectuer des paiements tactiles d’abord avec une carte, puis avec un téléphone portable, et même une montre électronique. Il était également possible de changer des devises étrangères via le service de change de devises électroniques associé à un compte Internet. Les actions de la banque « PKO BP » ont conduit à une course entre les banques pour décider laquelle d’entre elles sera la plus innovante.

Les banques au service de l’administration publique
En 2015, M. Mateusz Morawiecki, l’ancien président de la banque privée « BZ WBK », est devenu vice-premier ministre et ministre du développement et une experte exceptionnelle dans ce domaine, Mme Anna Streżyńska, est devenue la ministre de la numérisation.

Ensuite, le gouvernement a décidé d’utiliser le potentiel du secteur bancaire pour moderniser les services publics. Le premier grand challenge à cet égard a été la mise en œuvre du programme „Famille 500+”. Il s’agit d’une prestation en espèces versée aux parents pour avoir des enfants. Au départ, il était accessible aux personnes ayant au moins deux enfants. Le traitement de plusieurs millions de demandes d’allocations en peu de temps a été possible grâce à la conclusion par le gouvernement d’un accord avec les banques.

Sur sa base, les personnes qui ont un compte bancaire en ligne peuvent demander une prestation par son intermédiaire. Remplir la demande prend 5 minutes et consiste à saisir les données d’identification de vos enfants. Ensuite, les fonds du budget de l’État sont transférés sur ce compte chaque mois. Il était avantageux pour les banques de créer cette option car elle encourageait les citoyens à ouvrir des comptes et à y déposer de l’argent. Au cours des années suivantes, il a été possible d’utiliser les services bancaires électroniques pour fournir d’autres services de l’administration publique, tels que demander d’autres avantages sociaux, échanger des documents et même créer une entreprise.

Dans tous les cas, le processus prend 5 à 10 minutes. Un numéro d’identification citoyen est suffisant pour la plupart des opérations. Parfois, il est également nécessaire d’utiliser une signature électronique, qui peut également être obtenue via la banque électronique. Les sites des banques sont hautement protégés contre les attaques de pirates, de sorte qu’aucune sécurité supplémentaire n’est requise.

L’avenir de la numérisation en Pologne
Grâce à l’échange de savoir-faire avec le secteur bancaire, de nouvelles applications informatiques sont mises en place qui permettent des activités administratives via Internet.

De cette façon, vous pouvez vous inscrire à un examen pour le permis de conduire, avoir accès aux notes obtenues par les enfants à l’école, vous inscrire à des cours individuels à l’université ou prendre des rendez-vous médicaux. Certaines applications fonctionnent mieux que d’autres.

Dans tous les cas, ils facilitent la vie des citoyens par rapport à la situation antérieure à leur introduction. Une tâche importante est également la mise en œuvre du projet intitulé “De la Pologne du papier au numérique” consistant à remplacer progressivement la circulation des documents papier par la circulation numérique dans les bureaux.

*Maciej Pawłowski, représentant de l’Agence Polonaise de l’Investissements et du Commerce (PAIH) en Algérie.
maciej.pawlowski@paih.gov.pl

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email