Dialogue tutelle – syndicats de l'éducation : Le statut particulier en débat – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Dialogue tutelle – syndicats de l’éducation : Le statut particulier en débat

Dialogue tutelle – syndicats de l’éducation : Le statut particulier en débat

Le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, a décidé d’inviter une nouvelle fois les 28 syndicats du secteur pour la présentation de l’avant-projet de statut particulier des fonctionnaires appartenant aux corps spécifiques de l’éducation nationale.

Presque dix mois après l’installation de la commission technique chargée du dossier du statut des fonctionnaires de l’éducation nationale, le ministre Abdelhakim Belabed a décidé de rencontrer les partenaires sociaux afin d’étudier le statut particulier des travailleurs du secteur, de prendre en charge leurs doléances et de résoudre leurs problèmes qui entravent leur parcours professionnel et social. 

Le ministère a indiqué, à travers une circulaire datée du 5 août en cours, qu’il avait été décidé de poursuivre les réunions pour l’étude du projet de loi fondamentale des travailleurs appartenant au corps de l’éducation nationale, et ce lors d’une réunion qui se tiendra, aujourd’hui, à l’Institut national de formation des travailleurs de l’éducation, situé à El-Harrach. Ce projet de loi qui, faut-t-il le noter, n’a pas encore été élaboré et fait toujours l’objet d’un important contentieux entre les partenaires sociaux, poussant certains syndicats à annoncer leur retrait de l’adhésion au comité technique. 

Cette réunion regroupera les 28 syndicats autonomes du secteur en vue de faire avancer ce dossier « épineux », surtout après un retour au point zéro suite à l’approbation, par le gouvernement, de la révision de la loi fondamentale générale de la fonction publique.  

Les syndicats du secteur, qui sont impatients de voir le nouveau projet de loi portant statut particulier des travailleurs du secteur, demandent souvent du concret depuis que la tutelle a lancé le processus de rencontre bilatérale avec son partenaire social. « Mais avec l’examen en Conseil des ministres du projet de loi portant statut général de la fonction publique, la donne a changé », a indiqué le secrétaire général du Syndicat algérien des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef), Boualem Amoura. 

Contacté par le Jeune Indépendant, il affirme ne pas participer à la rencontre car, selon lui, il n’y aura rien de nouveau. « Il faut attendre que le nouveau statut général de la fonction publique soit présenté et promulgué pour travailler ensuite sur le statut particulier des travailleurs. Le statut particulier est tributaire du statut général de la fonction publique, qui est une loi référentielle pour tous les secteurs », a-t-il souligné.  

Même son de cloche chez le chargé de l’information au sein du Conseil national du personnel de l’éducation du secteur ternaire (Cnapeste), Messaoud Boudiba, qui affirme, lui aussi, l’absence du syndicat qu’il représente à la rencontre avec le ministre, indiquant avoir refusé la démarche proposée par la tutelle, notamment la présence d’un plus grand nombre de syndicats. « Plus de dix mois après le lancement de ces rencontres bilatérales, les travailleurs demandent du concret bien que le statut particulier ne soit plus une priorité », et réclament « une amélioration du pouvoir d’achat ». « La tutelle garde le silence et ne fournit aucune explication sur le retard qu’elle accuse dans la remise du projet du statut particulier ». Pour rappel, ce dossier traîne depuis plusieurs années sans pour autant voir le bout du tunnel. Cet avant-projet apportera toutes les solutions aux problèmes socioprofessionnels relevés par les syndicats. 

Il convient de souligner que la révision du statut particulier a été décidée sur instruction du président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Le ministre de l’Education, Abdelhakim Belabed, a affirmé, à cet égard, que son département n’avait ménagé aucun effort pour la prise en charge des revendications soulevées par les différents syndicats agréés du secteur, et ce conformément aux cadres juridiques en vigueur, de manière progressive et équilibrée.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email