-- -- -- / -- -- --
Nationale

Dialogue social : Alger abrite un Atelier régional africain

Dialogue social : Alger abrite un Atelier régional africain

« L’actualité sociale place la prévention et la résolution des conflits de travail au cœur des préoccupations de l’administration algérienne du travail et des partenaires économiques et sociaux. »

C’est ce qu’a déclaré Mohamed Khiat, secrétaire général du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale hier, lors de l’ouverture des travaux de l’Atelier sous-régional intitulé « La prévention et la résolution des conflits collectifs de travail et le rôle du dialogue social « , qui s’étalera sur deux jours en présence de représentants de plusieurs pays africains, à l’exemple du Mali, de la Mauritanie, du Sénégal, et du Togo.

Khiat, représentant du ministre, a indiqué que « l’Algérie, en tant que mandant de l’Organisation internationale du travail, a ratifié les conventions internationales qui accordent une importance particulière au dialogue dans toute sa dimension « .

A ce titre, dira le secrétaire général, des voies et des cadres de concertation et de règlement des conflits ont été mis en place, à tous les niveaux, aussi bien à celui de l’entreprise qu’à celui national.

Ces cadres de concertation « regroupent les pouvoirs publics et les organisations d’employeurs et de travailleurs « , et « des réunions périodiques de concertation et d’échange ont été instituées par la loi relative à la prévention des conflits collectifs de travail et à l’exercice du droit de grève « , a-t-il souligné.

De son côté, le directeur de l’Organisation internationale du travail (OIT) pour les pays du Maghreb à Alger, Mohamed Ali Deyahi, a indiqué que « le dialogue social est l’essence même du modèle de gouvernance de l’OIT « . Ce modèle vise « à promouvoir la justice sociale, des relations professionnelles équitables, le développement durable et la stabilité sociale et politique « , a-t-il ajouté.

Il a poursuivi : « Certaines normes internationales du travail sont particulièrement importantes pour le dialogue social, en ce qu’elles en définissent les principaux éléments et modalités. » Deyahi a tenu aussi à signaler les transformations enregistrées dans le monde du travail en citant, entre autres, les réformes du marché du travail, le chômage élevé, chose qui selon lui, est « un nouveau défi pour le dialogue social « .

Le directeur de l’OIT à Alger a tenu à « féliciter l’Algérie pour la création et l’installation, en janvier dernier, du Comité interministériel de suivi des conflits collectifs de travail « .

Précisant que « le dialogue social ou l’apprentissage de la négociation collective constitue un outil qui sera ce que les partenaires sociaux voudront bien en faire « , et que « ces partenaires sociaux devront, en toutes circonstances, garder à l’esprit que le dialogue social représente le plus précieux moyen commun dont ils disposent aujourd’hui comme demain, ici et ailleurs, pour réfléchir et agir ensemble de façon concertée, de façon ordonnée et de façon coordonnée dans un contexte socio-économique en perpétuel mouvement « .

Le Togo, qui s’apprête à organiser une table ronde sur le dialogue social, et par le biais de sa chef de délégation, n’a pas omis de saluer l’expérience de l’Algérie, « qui nous aidera à mieux gérer ce dossier au Togo « .

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email