-- -- -- / -- -- --
Nationale

Dialogue politique ou exclusivement économique ?

Dialogue politique ou exclusivement économique ?

« L’instruction relative à l’ouverture des canaux de dialogue et de concertation entre les composantes du tissu national est fin prête et a été transmise au président de la République », a déclaré le Premier ministre Abdelmadjid Tebboune.

Bien qu’aucun détail politique, technique ou logistique n’ait filtré sur cette démarche encore énigmatique de la part du gouvernement, des milieux politiques ont déjà noté des adhésions et surtout des avis favorables.

C’est ainsi qu’à part le non du FFS (voir article ci-dessous), les autres formations politiques ont daigné répondre laconiquement sur ce dialogue. Le Parti des travailleurs s’est dit « satisfait « de cette démarche, avertissant néanmoins qu’il ne « cautionnera pas « une remise en cause des transferts sociaux.

Il suggère au gouvernement de s’attaquer à l’informel et à la fraude fiscale pour trouver les fonds nécessaires à l’équilibre budgétaire de l’Etat.

L’ANR adhère pleinement à cette proposition, considérant que le « dialogue est un mécanisme de gestion de la crise « , alors que le MSP a dit oui, par principe, tout en posant des conditions. Même position pour le RCD, qui exprime de la méfiance, mais pose aussi ses propres conditions.

Au sein de la mouvance dite présidentielle, c’est un oui massif et inconditionnel. Le FLN, le RND et TAJ, qui siègent au nouveau gouvernement de Tebboune, sont favorables à cette démarche, applaudie également par le Mouvement de Benyounès (MPA).

Il faut rappeler que Tebboune avait exprimé, dans son plan d’action présenté à l’APN en juin dernier, sa volonté d’ouvrir « des canaux de dialogue et de concertation avec toutes les composantes du tissu national, qu’elles soient politiques, syndicales, académiques ou associatives, pour expliquer la démarche de l’Exécutif, obtenir la confiance et l’adhésion de toutes les catégories du peuple « .

Mais, en attendant le feu vert de la Présidence, le Premier ministre semble vouloir aller vers l’organisation d’une grande conférence nationale au début du mois d’octobre prochain. Une conférence qui reprendrait sans doute le schéma traditionnel des assises sectorielles.

Mais ce dialogue sera-t-il politique ou exclusivement économique ? On sait que tous les partis politiques seront contactés, ceux qui possèdent des sièges à l’APN et au Conseil de la nation.

On sait également que des syndicats seront sollicités, ce qui est une première, ainsi que des associations et des institutions consultatives, comme le Conseil national économique et social (CNES). Ces représentants exprimeront des avis sur la situation économique du pays et émettront des propositions.

Reste à savoir si ce dialogue sera exclusivement consacré à la crise des recettes pétrolières et les retombées de la chute des cours du pétrole, voire à la recherche d’un consensus sur les scénarios de sortie de crise, ou s’il sera élargi à des questions politiques.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email