Développement des communes de la wilaya de Tizi Ouzou – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Développement des communes de la wilaya de Tizi Ouzou

Développement des communes de la wilaya de Tizi Ouzou

Sous la chefferie du wali, Mahmoud Djemaâ, les représentants de l’exécutif de la wilaya, les chefs de daïra et les présidents des 67 APC que compte la wilaya se sont réunis ce lundi, dans l’espace de la salle des œuvres sociales de la wilaya, pour examiner et débattre les points relatifs à l’habitat rural, la préparation de la saison estivale 2021, la préparation du mois de ramadhan, les plans communaux de développement et l’alimentation en eau potable.

Cette réunion a prouvé, encore une fois, le déficit criant des communes de la wilaya en matière de développement. Selon des données chiffrées avancées par le directeur de la programmation et du suivi budgétaire de la wilaya, Ali Koubaâ, cette situation ne peut laisser que perplexe un esprit rationnel.

En effet, concernant les programmes relevant des projets communaux de développement (PCD), s’étalant du début de 2011 jusqu’à fin 2020 et dont la consistance budgétaire est de 5 047 079 000 DA, les crédits consommés n’étaient que de l’ordre de 1 836 558 000 DA, soit un taux ne dépassant guère les 36%. Ainsi, le reste de cette importante cagnotte à dépenser est de 3 210 521 000 DA.

Pour cette année 2021, l’Etat a mis encore, au profit des communes de la wilaya de Tizi Ouzou dans le cadre des PCD, une enveloppe financière de l’ordre de 2 372 800 000 DA. A la fin de l’exposé d’Ali Koubaâ, le wali a pris la parole pour exhorter les présidents des APC à fournir plus d’efforts pour la finalisation de leurs PCD respectifs. «Ce n’est pas normal que des crédits d’une telle importance restent dans les caisses alors que le développement de nos communes connaît encore un grand manque à gagner».

Concernant le mois de ramadhan, le directeur du commerce et des prix a fait dans l’évasif. Ce sera aussi le cas du wali. En effet, le problème numéro 1 que rencontrent les citoyens durant la période du ramadhan, notamment à ses débuts, c’est l’augmentation vertigineuse des prix. Or, ce point a été évacué aussi bien par le directeur du commerce et des prix que par le wali.

Le directeur du commerce et des prix s’est contenté de souligner qu’il sera question de développer des points de vente de produits alimentaires, notamment les fruits et légumes, à travers tout le territoire de la wilaya de Tizi Ouzou.

Quant à Mahmoud Djemaâ, il a timidement tenté de mettre l’accent sur la nécessité de respecter les règles d’hygiène, notamment au niveau des points de vente. En définitive, personne parmi l’assistance n’a pris au sérieux les discours du wali et de son subalterne sur le volet consacré au mois sacré du ramadhan.

Concernant l’habitat rural, la situation n’est guère satisfaisante. Sur les 93 939 aides à l’habitat rural octroyées par l’Etat aux citoyens de la wilaya de Tizi Ouzou depuis 2011 jusqu’à la fin de 2020, seulement 82 734 constructions ont été réalisées.

Les travaux de 5 859 constructions sont toujours en cours. Les travaux non encore lancés concernent 5 346 habitations. La chargée de ce dossier a également annoncé que pour cette année 2021, l’Etat a accordé à la wilaya de Tizi Ouzou, en matière d’habitat rural, un programme de 1 500 aides à l’autoconstruction. A la fin de son exposé, le wali a dénoncé cette situation «des plus fâcheuses». Naturellement, il a jeté la pierre aux premiers magistrats des communes.

Concernant les points relatifs à la ressource en eau et la saison estivale, d’après les exposés des responsables concernés, tout indique qu’il n’y a aucunement de négligence humaine. Il est cependant vrai que des efforts restent à faire en matière d’exploitation de la ressource hydrique. Mahmoud Djemaâ a reconnu que cet été risque d’être difficile.

C’est pourquoi il a lancé un appel à l’ensemble des citoyens de la wilaya à éviter le gaspillage. De son côté, le directeur de la ressource hydrique de la wilaya, Mokrane Djouder, a imputé cette disette d’eau au taux de pluviométrie, qui reste à ce jour relativement faible.

Cependant, ce responsable n’a pas jugé la situation critique puisque non seulement la saison des pluies n’est pas encore achevée, mais la gestion rationnelle des différents réservoirs d’eau permettra à tout le monde d’avoir sa ration d’eau.

Notons enfin que les amoureux des plages de la wilaya de Tizi Ouzou seront gâtés cette année puisque deux nouvelles plages seront ouvertes aux baigneurs. L’une à Aït-Chaffai et l’autre à Iflissen.

Donc, ce sera au total 10 plages qui seront ouvertes au public. A cela s’ajoutent les différents éléments dont auront besoin les estivants, dont la restauration, la sécurité hygiénique, l’hôtellerie, les parkings et, bien sûr, des mesures de prévention contre la pandémie de la Covid-19.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email