Développement de la pêche et de l’aquaculture : Grand intérêt pour l’entreprenariat et les start-up – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Développement de la pêche et de l’aquaculture : Grand intérêt pour l’entreprenariat et les start-up

Développement de la pêche et de l’aquaculture : Grand intérêt pour l’entreprenariat et les start-up

L’entrepreneuriat et les start-up font l’objet d’un grand intérêt dans le programme de développement du secteur de la pêche et de l’aquaculture. C’est ce qu’a affirmé le conseiller du ministre du secteur, Djamel Boulakhsaim, précisant qu’un total de 71 start-up activant dans le domaine de la pêche et de l’aquaculture bénéficient d’un accompagnement de différentes structures du secteur.

Intervenant ce mercredi sur les ondes de la radio chaîne 1, le conseiller du ministre du secteur qui est revenu sur les réalisations du secteur a affirmé que l’entrepreneuriat et les start-up bénéficient d’un grand intérêt dans le programme de développement de la pêche et de l’aquaculture. Selon lui, les projets menés par les jeunes porteurs d’idées innovantes parmi les étudiants et diplômés des universités contribuent à l’augmentation de la productivité.

Sur cette base, 71 projets ayant obtenu le label start-up bénéficient d’un accompagnement de la part des directions et des chambres de la pêche et de l’aquaculture, mais aussi des centres de recherche au niveau local. L’objectif étant d’en faire « des entreprises productives contribuant à la réalisation des objectifs du secteur et à la création d’emplois ».

Il a signalé le soutien du département de la pêche à ces projets, affirmant que les structures du secteur sont disposées à accompagner tous les projets innovants proposés par de jeunes étudiants et diplômés des universités, en vue de transformer ces idées en entreprises contribuant à la création de richesses et d’emplois, notamment dans le cadre de l’arrêté ministériel 12-75 sur le mécanisme « un diplôme-une start-up » ou « un diplôme-un brevet d’invention ».

Les réalisations du secteur ont été en outre exposées par M. Boulakhsaim, lequel a fait savoir que la production halieutique du pays, issue de la pêche et de l’aquaculture devrait atteindre d’ici fin décembre 2023, environ 125 500 tonnes.

Cette production, qualifiée de bonne, est estimée à 112 000 tonnes durant les 11 premiers mois de l’année en cours, enregistrant ainsi une augmentation de 2% par rapport à la même période de l’année dernière. Le secteur envisage d’augmenter cette quantité l’année prochaine. Et c’est sur l’aquaculture que l’on mise pour tirer la production vers le haut. C’est d’ailleurs ce qu’a affirmé le ministre de la Pêche et des Productions halieutiques, Ahmed Badani, lors d’une réunion d’évaluation du bilan des activités du secteur pour l’année 2023, tenue la semaine passée. Le ministre a indiqué que cette production, recensée à la fin de novembre dernier, englobait la richesse halieutique, l’aquaculture et la pêche au thon rouge.

Le secteur de la pêche envisage donc d’augmenter la production l’année prochaine en se basant sur l’aquaculture pour réaliser un équilibre, selon le ministre, qui a signalé la baisse de la richesse halieutique en Méditerranée, arguant que son secteur aspirait à atteindre 15 000 tonnes de poissons produits en aquaculture et 120 000 tonnes de la pêche.  

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email