-- -- -- / -- -- --
Nationale

Deuxième jour de grève de l’Intersyndicale de l’éducation:Le débrayage suivi à plus de 75%

Deuxième jour de grève de l’Intersyndicale de l’éducation:Le débrayage suivi à plus de 75%

La grève des enseignants s’est poursuivie ce jeudi pour le deuxième et dernier jour. Les cinq syndicats de l’éducation nationale regroupés au sein de l’Intersyndicale se réuniront la semaine prochaine. A l’ordre du jour figure la question de la suite à donner au mouvement.

L’Intersyndicale de l’éducation nationale a poursuivi aujord’hui sa grève de deux jours qu’elle a décidée de mener à l’issue de l’échec de la réunion, dimanche dernier, avec la ministre Nouria Benghebrit et ses assistants. Le ministère de l’Education nationale n’a pas recouru cette fois-ci à la justice pour arrêter la grève des enseignants, qui risque d’être renouvelée après la réunion qui regroupera, la semaine prochaine, les conseils nationaux des cinq syndicats. Le porte-parole du Conseil des enseignants des lycées d’Algérie (Cela), Idir Achour, nous a signifié que la grève dans le secteur de l’éducation lancée par les syndicats autonomes a été massivement suivie, au deuxième jour, dans les trois paliers confondus. Selon lui, le taux de suivi à ce débrayage a connu une augmentation au deuxième jour. Le taux a dépassé les 75% au niveau national. « Cette forte adhésion, enregistrée dès le premier jour de la grève, est le signe de la détermination des travailleurs du secteur à aller jusqu’au bout pour faire aboutir leurs revendications », a-t-il indiqué. La tension ne fait que s’amplifier. Les mouvements de grève cyclique et illimitée plongent le secteur de l’éducation dans un véritable marasme sans précédent. Secoué déjà par la grève illimitée du Cnapeste depuis le 10 janvier, le secteur de l’éducation nationale a été fortement perturbé durant ces deux jours par la grève entreprise par les cinq syndicats (Cela, Snapest, Satef, l’Unpef et SNTE). La coalition reste déterminé à poursuivre la lutte syndicale, et ce jusqu’à qu’il y ait une réponse favorable à leur plate-forme de revendications qui date de quelques années déja. Cette dernière tourne autour de « l’amendement du décret exécutif 12/240 portant statut particulier des personnels de l’éducation nationale, l’adoption d’un régime indemnitaire incitatif ainsi que la révision de la grille salariale en fonction de l’inflation ».

Les syndicats de l’éducation demandent également la révision de la loi fondamentale du secteur de l’éducation et l’attachement aux revendications soulevées dans le cadre de l’Intersyndicale de la fonction publique. Ils réclament aussi « l’application immédiate de la décision présidentielle concernant la revalorisation des diplômes DEUA et licence, la création d’un nombre suffisant de postes pour tous les grades, l’augmentation de la rémunération des heures supplémentaires, ainsi que l’amélioration de la situation socioprofessionnelle des corps communs et ouvriers professionnels en procédant à l’annulation de l’article 87 bis ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email