-- -- -- / -- -- --
Monde

Deux militaires tués à la frontière par des tirs yéménites

Deux militaires tués à la frontière par des tirs yéménites

Deux militaires ont été tués dans des tirs en provenance du Yémen sur une zone frontalière en Arabie saoudite, alors que la coalition arabe commandée par Ryad poursuit ses carnages au pays de la Reine de Saba.

Les Saoudiens parlent d’un mystérieux « accord de trêve » qui, sur le terrain, n’est pas appliqué par les forces d’agression. « Des tirs en provenance du Yémen ont tué deux personnes », a indiqué la Défense civile saoudienne tard mardi, évitant de préciser que ces personnes étaient des militaires. L’Arabie saoudite dirige une coalition militaire arabe, intervenue en mars 2015 contre le Yémen souverain, arguant apporter son « soutien »à l’ex-président Hadi qui avait permis aux Américains d’utiliser des drones pour tuer des citoyens, et ce au nom de la lutte antiterroriste. Hadi, voué aux gémonies par le peuple yéménite qui voulait en découdre avec le « génocide programmé » des Américains, avait démissionné et fuit son pays pour se réfugier en Arabie saoudite.

L’« autorité » de Hadi, reconnue par les Etats-Unis et l’Union européenne en particulier, est perçue comme « nécessaire pour lutter contre les Houthis ». Ces derniers, en alliance avec une bonne partie de l’armée régulière et l’ex-président Salah, se sont emparés de vastes régions, dont la capitale Sanâa. Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Al-Jubeir, a indiqué lundi qu’une délégation de résistants houthis se trouvait à Ryadh pour des entretiens avant les négociations de paix, prévues au Koweït le 18 avril, entre les hommes de Hadi et les résistants houtis yéménites.

Les Houthis ont échangé des prisonniers avec les Saoudiens après un accord sur une sorte de trêve humanitaire à la frontière, où des dizaines de civils et de militaires ont été tués par les raids des armées arabes. Depuis un an, l’agression saoudienne contre le Yémen a fait près de 6 300 morts et quelque 30 000 blessés, selon l’Organisation mondiale de la santé. Des rapports fréquents des organisations internationales, dont le Comité des droits de l’homme de l’ONU, font état de « massacres à huis clos » perpétrés par l’armée saoudienne et ses alliés, tels les Emirats arabes unis, le Bahrein, Qatar et le Maroc. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email