-- -- -- / -- -- --
Nationale

Covid-19: Détresse des gérants des salles des fêtes de Béjaïa

Covid-19: Détresse des gérants des salles des fêtes de Béjaïa

Après avoir saisis les autorités il y a environ deux mois, les gérants des salles des fêtes de la wilaya de Béjaïa sont revenus ce mercredi à la charge mais, cette fois-ci, en observant un rassemblement de protestation devant le siège de la wilaya.

Munis de pancartes portant leurs revendications, ces derniers réclament avec insistance et à, nouveau, «la reprise, dans les meilleurs, délais de leur activité pour ne pas être contraint de fermer à cause des effets de la crise sanitaire». Fermés depuis plus de 10 mois à cause de la pandémie du Coronavirus, les salles des fêtes ne fonctionnent toujours pas et leurs gérants continuent, mordicus, de parler d’impact financière et économique très lourd qui a touché et touche encore, chaque jour, leurs activités, évoquant carrément le risque de remettre la clé sous le paillasson si la situation venait à se poursuivre pour quelques mois encore, a-t-on laissé entendre ce mercredi.

Les mécontents relèvent les pertes colossales subies durant la période de crise sanitaire, les difficultés financières dans lesquelles ils se retrouvent, et demandent aux autorités, de les autoriser à reprendre, progressivement, leur activité comme c’est le cas pour le transport et d’autres métiers.

Ces derniers ont brandis des pancartes sur lesquels sont transcrites l’essentiel de leurs revendications tout en lancant, à travers un communiqué, «un appel de détresse» envers les autorités afin d’accepter les propositions faites, antérieurement, et portant sur un protocole sanitaire stricte en vue de reprendre, progressivement, leur a activité et sauver leurs emplois et ceux de leurs employés qui nourrissent des centaines bouches.

Dans le même document, le collectif des gérants des salles des fêtes regrettent le fait qu’ils soient interdits de rependre leur activité alors que «des fêtes y sont organisées en catimini», selon eux. Notons que les habitants du village d’Aït Malek, commune d’Adekar ont observé, dernièrement, un sit-in devant le siège de la subdivision des forêts de la région.

Les mécontents ont, résolument, exigé la poursuite des travaux de réaménagement des captages et sources d’eau minérale de Tazrout dont les travaux qui ont été entamés depuis plusieurs mois dans le cadre du programme PPDRI ont été suspendus alors qu’il ne restait que 20 % pour leur livraison.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email