-- -- -- / -- -- --
Nationale

Des villes des Hauts Plateaux bientôt hissées au rang de wilayas déléguées

Des villes des Hauts Plateaux bientôt hissées au rang de wilayas déléguées

Le nouveau découpage administratif, dont la première opération a été entamée en 2015 a, semble-t-il, donné satisfaction. La seconde phase de ce remodelage du territoire sera concrétisée, à en croire le premier responsable des Collectivités locales, en 2017, et devra hisser quelques daïras des Hauts Plateaux au rang de wilayas déléguées.

La réduction du champ d’action des walis pour une meilleure efficacité, entre autres objectifs recherchés par la création de wilayas déléguées semble avoir donné ses fruits au Sud où une dizaine de nouvelles entités ont vu le jour en 2015.

C’est le constat fait en fin de semaine par le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui. Le ministre a en tout cas précisé que les wilayas nouvellement créées « remplissent toutes les conditions matérielles et humaines et fonctionnent normalement ».

Même si d’aucuns admettent que ce « rapetissement » obéit dans certains cas à une reconsidération de revendications sociales nées bien avant le dernier découpage de 1983, lorsque, pour des raisons souvent liées à des groupes d’intérêts, certaines villes de grande importance se sont vu « chiper » le statut de wilaya au profit de localités beaucoup plus petites.

Des villes dont les promesses de promotion à un rang plus élevé non tenues n’ont jamais été pardonnées. A l’image de Boussâada dans la wilaya de M’sila, Maghnia à Tlemcen, Barika relevant de Batna ou encore Chechar à Khenchela dont les habitants voient la nécessité de promouvoir leur cité en chef-lieu de wilaya ou du moins en wilayas déléguées pour les plus ceinturées d’entre-elles.

A l’image de la ville d’El-Eulma, mal lotie par dame nature qui a fait que la région, véritable poumon économique ait comme voisine, à une dizaine de kilomètres, la capitale des Hauts Plateaux, Sétif. Sellal avait promis aux habitants d’El-Eulma lors d’un meeting organisé à quelques jours du dernier scrutin que leur localité « sera hissée en wilaya ».

L’autre objectif visé par ce nouveau découpage reste la réduction des distances notamment au Sud où les citoyens de certaines communes étaient contraints de faire des centaines de kilomètres pour se faire délivrer des documents administratifs.

Bien qu’il reste plus qu’admis que la création de telles entités vise aussi à les préparer pour postuler plus tard à un statut plus autonome.

Le ministre l’a même laissé entendre lors de son intervention : « Le projet du nouveau découpage administratif vise à préparer au mieux les wilayas déléguées à devenir des wilayas à part entière, mais avant, il faut évaluer leurs performances et élargir leurs fonctions et prérogatives », a-t-il dit.

Le ministre précisera, par ailleurs, que « la nouvelle organisation administrative tiendra compte du paramètre du développement local ».

Il ajoutera que les nouvelles wilayas déléguées « contribueront à l’accompagnement de leurs communes pour assurer le développement, créer la compétitivité et une attractivité régionale à même de renforcer leurs capacités en termes de création de richesses conformément au nouveau modèle économique ».

Bedoui a rappelé que « près de 16,6 milliards de DA ont été mobilisés et les mesures de recrutement facilitées au niveau de ces wilayas déléguées qui ont vu le recrutement de 796 fonctionnaires, dont 541 permanents », en accordant la priorité aux « enfants de la région. »

Le ministre a aussi indiqué que les wilayas déléguées « ont été dotées des mêmes services et directions que les wilayas mères mais à un degré moindre », et pour améliorer leurs capacités, elles ont bénéficié de quelque 239 opérations financées par la Caisse de garantie et de solidarité des collectivités locales.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email