-- -- -- / -- -- --
Nationale

Des sujets abordables et des rumeurs de fraude

Des sujets abordables et des rumeurs de fraude

Le premier jour de l’examen du bac s’est déroulé dimanche le 11 juin. Quelques jours avant, la ministre de l’Education, Nouria Benghebrit avait promis un bac hautement sécurisé pour ne pas revivre la mauvaise expérience de la session 2016.

Benghebrit a même mis en garde contre toute éventuelle tentatives de fraude ou de fuites de sujets. Pourtant, les réseaux sociaux crient déjà à la fraude, en remettant en cause le dispositif installé par le ministère de l’Education nationale et les services de sécurité pour empêcher la publication des sujets sur les réseaux sociaux.

Les sujets de mathématiques (filières littéraires) et de langue arabe (filières scientifiques) ont été postés sur Facebook, quelques minutes seulement après le début des épreuves. Les épreuves ont débuté à 09h00 et les sujets ont été mis en ligne 15 à 20 minutes après. 

Les commentaires montre même des candidats communiquant avec les demandent aux internautes de leur fournir les réponses.

Les mesures draconiennes avaient instaurées, notamment des fouilles à l’entrée des centres d’examen. « Dans les salles des examens, les téléphones portables sont proscrits.

Il est strictement interdit de se parler entre candidats comme il leur est interdit de quitter la salle d’examen avant que la première heure ne soit écoulée même s’ ils ont terminé leur épreuve » » affirme un surveillant du CEM Tripoli ex Jules Ferry. Tout ce passe le plus normalement du monde.

« On n’a pas entendu parler de fuite », assure un administrateur. Ce centre d’examen accueille les candidats libres de la filière gestion et économie qui ont passé l’épreuve d’arabe.

Comme d’habitude deux sujets au choix. Dans cette édition, le premier sujet, un texte extrait du magazine El Arabi, sur le théâtre dans le monde arabe et l’expérience de ce quatrième art en Algérie. Quant au second sujet, un poème sur la révolution de novembre écrit par le poète contemporain algérien, Mohamed El Akhdar El Saaïhi. 

« C’était plutôt facile » commente Ahmed, un candidate libre de la filière gestion et économie, tout en rappelant que cette matière n’est pas essentielle pour lui, contrairement à la comptabilité dont le coefficient est de 6 ainsi que l’économie et les mathématiques qui compte chacune un coefficient 5 au baccalauréat de cette filière.

Les candidats des filières sciences expérimentales, mathématiques et maths techniques ont planché sur le même sujet. Par contre les candidats des filières littéraires ont composé dans la matinée pour l’épreuve des mathématiques et la charia (sciences islamiques) dans l’après-midi. Souhila, une jeune candidate qui se présente pour un bac lettre affirme que les sujets pour le premier jour étaient abordables.

Bachelière, étudiante en littérature française, elle refait son bac dans l’espoir de le décrocher cette fois -ci avec une moyenne qui lui permet d’accéder à l’Ecole national de l’enseignement de Bouzaréah (ENS) afin de garantir un poste d’enseignante de français au terme de son cursus universitaire. La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit, a donné dimanche le coup d’envoi des épreuves du Baccalauréat depuis le technicum Abdelmadjid Azzizi de la commune d’Héliopolis dans la wilaya de Guelma.

La ministre a assisté à l’ouverture des plis contenant les sujets de l’épreuve des mathématiques pour la filière lettres, philosophie et langues étrangères. Mais elle ne s’est pas encore prononcée sur les sujets postés sur face book un quart d’heure épreuves. Le nombre des candidats au Baccalauréat pour l’année scolaire 2016-2017, à l’échelle nationale, est de 761 701 lycéens. Sur le total inscrit, 491.298 sont des candidats scolarisés et 270 403 postulent en candidats libres. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email