-- -- -- / -- -- --
Nationale

Des sessions de formation pour 10 000 agents et cadres publics

Des sessions de formation pour 10 000 agents et cadres publics

L’Organe national de prévention et de lutte contre la corruption (ONPLC) a organisé des cessions de formation à l’intention des agents et des cadres publics, exposés aux risques de ce fléau.

Ces formations de deux jours, qui ont débuté avant-hier à l’Institut national de gestion et de planification (ISGP), se poursuivront dans les prochains mois à raison de deux sessions par semaine, sont organisées dans le cadre d’un cycle portant mise en œuvre du Plan national de sensibilisation et de formation anti-corruption (PNSFAC).

Le Programme, qualifié de « grande envergure » par les responsables de l’ONPLC en raison de la dimension des effectifs à former et de la nouveauté de ses contenus, vise à former, sur une période de trois ans, quelque 10 000 agents publics sur les politiques anti-corruption. La formation a trait, notamment, au cadre juridique et institutionnel de la lutte contre la corruption, à la transparence de la vie publique et à la déontologie et code de conduite de l’agent public.

Selon ses initiateurs, ces cessions portent notamment sur la « maîtrise des règles de base des textes conventionnels, la législation et la réglementation nationales. Il s’agit également de faire connaître le cadre normatif de lutte contre la corruption et de maîtriser les règles et les procédures relatives à la déclaration de patrimoine.

Pour la mise en œuvre du PNSFAC, une convention a été signée par l’ONPLC et l’ISGP le mois de décembre dernier. Le président de l’ONPLC, Brahim Bouzeboudjen avait déclaré lors de cette cérémonie qu’ »au-delà de la nécessaire modernisation des instruments et des outils de la gestion publique, la lutte contre la corruption est inconcevable sans une intégration forte de l’élément humain dans ses dispositifs ».

Il avait souligné aussi que la lutte contre la corruption exige « des efforts certains » en matière d’amélioration de la gouvernance. Elle se veut également « une réponse concrète à la nécessité de protéger les agents publics et les institutions dans lesquelles ils exercent contre les pièges de la corruption ».

A cet égard, l’ONPLC préconise, outre ce programme de formation, d’autres actions comme la promotion de l’initiation au sein des établissements scolaires d’enseignement, permettant de faire connaître les méfaits de la corruption et d’inculquer aux élèves la culture de rejet de ce fléau. Il est question également d’encourager dans les universités le développement de travaux consacrés à une meilleure connaissance du phénomène de corruption en tant qu’objet d’études et de recherches.

Le Programme national de formation des agents publics s’articule autour de neuf axes dont « le cadre juridique et institutionnel », « la politique et la pratique de la prévention contre la corruption », « le code de conduite des agents publics et des marchés publics », ainsi que « la gestion des finances publiques ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email