-- -- -- / -- -- --
Culture

Des ralliements à Alger

Des ralliements à Alger

Nombre d’espaces culturels de la capitale algérienne ont ouvert leurs portes pour des rencontres, des expositions, des performances et des spectacles musicaux inhérents à la manifestation internationale La nuit des idées, dans la soirée de ce jeudi 26 janvier, sous le thème Un monde commun.

Initiée par l’Institut français pour favoriser la circulation internationale des idées, célébrer la volonté de penser ensemble, La nuit des idées s’est déroulée, dans sa deuxième édition, dans quarante pays, soit dans cinquante villes autour d’une centaine d’évènements, dans la nuit du jeudi 26 au vendredi 27 janvier. Elle se traduit par la rencontre entre le large public et les auteurs, les créateurs, les artistes et les philosophes.

A Alger, le photographe Nassim Rouchiche a exposé Ça va waka (ça va aller) à la Cinémathèque, une collection de scènes de vie taillée dans le quotidien de migrants subsahariens vivant à Alger et caressant le rêve de rejoindre le vieux continent, rapporte l’Agence presse service d’Algérie.

L’objectif de ce photographe est d’essayer de mettre en évidence par l’image et sans artifices l’état d’esprit de ces jeunes pris entre un retour impossible à une vie chez eux et une promesse outre mer qui s’éloigne de plus en plus, et se contentant de petits boulots dans un immeuble algérois dont ils occupent le sous sol.

Le public présent à la Cinémathèque a également assisté à la projection du film Héros sans visage de la réalisatrice péruvienne Mary Jimenez à l’initiative de l’espace culturel Les ateliers sauvages.

Le café littéraire Le sous-marin a lui aussi abrité une partie du programme de La nuit des idées en organisant un spectacle de rap et de slam, animé par les membres de l’association Sos Culture dont l’artiste urbain Sneak qui a réalisé, sous les yeux du public, une fresque de calligraphies.

Au milieu des œuvres de l’artiste pop art El Moustach, l’espace a également accueilli une rencontre sur la sécularisation animée par le journaliste spécialiste des questions religieuses Said Djabelkheir, le philosophe Smail Mehnana, l’écrivain Rachid Mzara et le journaliste Nassim Brahimi.

Autour de ce thème, les intervenants ont mis en avant le rôle des hommes de culture et des universitaires dans le combat contre « l’extrémisme et l’islam politique dans les sociétés arabes » afin d’asseoir des relations sociales et économiques ainsi qu’un espace public régis de manière « rationnelle ».

Le monde commun sera également discuté avec l’écrivain Amin Zaoui, ce dernier ayant animé dans la soirée une rencontre à l’Institut français d’Alger (Ifa) sur Le vivre ensemble. L’Ifa a également proposé à son public de la musique diwan avec Zaki Project. De même que l’Institut Cervantès d’Alger a accueilli Nessma pour un concert, dans la soirée de ce jeudi. Cette formation fusionne le genre moderne au traditionnel, le chaabi et l’andalou au flamenco.

Dirigé par le soliste Mehdi Kacem, ce groupe de quatre musiciens a repris des titres des Gipsy King et d’autres du patrimoine algérien comme Qoum tara et Ya rayeh, succès du regretté Dahmane El Harrachi. Auparavant, l’écrivain et journaliste italien Bruno Arpaia a présenté son dernier ouvrage Qualcosa, là fuori.

Puis, Arianna Obinu, journaliste spécialisée dans les questions de l’immigration vers l’Italie, a présenté son ouvrage Harraga sur les immigrants clandestins. Outre l’Algérie, la France, l’Espagne, le Soudan, l’Afrique du Sud, le Maroc, l’Argentine, le Brésil, les Etats-Unis, la Corée du sud, l’Inde ou encore l’Australie ont simultanément réalisé le programme de La nuit des idées, coordonnée par le réseau des Instituts français dans le monde. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email