-- -- -- / -- -- --
Nationale

Des prévisions optimistes sur les cours du pétrole

Des prévisions optimistes  sur les cours du pétrole

La Banque mondiale vient de revoir à la hausse ses prévisions des cours du brut en 2016. Dans son rapport trimestriel consacré aux prix des principaux produits de base, publié avant hier à Washington, l’institution internationale note que les cours du brut se sont redressés pour passer d’un creux de 25 dollars le baril à la mi-janvier à 40 dollars en avril.

Une différence de taille qui s’explique, aux dires de la Banque mondiale, par la réduction des excédents d’offre sur les marchés. Pour 2016, on prévoit une moyenne de 41 dollars contre 37 dans son pronostic de janvier dernier.

Selon ce rapport, la baisse des surplus de l’offre est causée par les perturbations dans la production pétrolière en Irak et au Nigéria (fermeture des puits pour maintenance) et la chute de la production du pétrole de schiste aux Etats-unis.

Pour les analystes de la BM, le redressement des cours se poursuivra en 2017, anticipant un baril à 50 dollars. Selon le rapport, les prix des produits énergétiques augmenteront légèrement à la faveur d’un rééquilibrage des marchés après une période d’offre excédentaire. Ces prix pourraient baisser à nouveau si l’OPEP accroît sensiblement sa production et si celle des pays non membres du cartel ne diminue pas aussi rapidement que prévu.

Par contre, les prix du gaz ont connu une légère baisse en 2016 sur les trois grands marchés de l’Europe, des Etats-unis et du Japon. Un recul significatif toutefois, mais qui va connaître une remontée minime à partir de 2017. Pour la BM, ces prix du gaz resteront à des niveaux bas, ne dépassant pas 6,42 dollars le million BTU à l’horizon 2025.

D’un autre côté, le rapport de la Banque mondiale met en exergue une baisse conséquente des prix de produits de base industriels et agricoles. Selon les économistes qui ont rédigé ce rapport, ces prévisions incluent aussi bien les produits énergétiques que les métaux et les matières premières agricoles. Des baisses qui s’expliquent par la faiblesse des perspectives de croissance des marchés émergents et en développement.

La probabilité d’une accélération de la hausse de la demande chinoise pourrait également faire fléchir les prix des métaux. S’agissant du recul des prix agricoles, les experts de la Banque mondiale estiment que les récoltes de la plupart des catégories de céréales et d’oléagineux seront abondantes, avec en plus la diminution des coûts énergétiques. La BM relève que la faiblesse des prix des produits de base compromet les perspectives de croissance de nombreux pays riches en ressources naturelles.

Ce qui risque de geler ou d’annuler des projets d’investissements, d’ou des conséquences graves attendues sur ces pays, qui ont pourtant bénéficié d’un essor considérable depuis les années 2000 et surtout en 2011, où les cours de tous les produits ont atteint des sommets et des records. Pour la Banque mondiale, une plus grande transparence, un fonctionnement plus efficient de l’Etat et l’amélioration des cadres macro-économiques pourraient atténuer ces perturbations et ces carences.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email