-- -- -- / -- -- --
Nationale

Des parlementaires libyens à l’écoute d’Alger

Des parlementaires libyens à l’écoute d’Alger

Une délégation de parlementaires de la Chambre des représentants de Libye a été reçue lundi par Abdelkader Messahel, ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etat arabes, a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères répercuté par l’APS.

Lors de cette rencontre, les deux parties ont évoqué « les voies et les moyens permettant l’accélération de la mise en œuvre du processus de règlement de la crise en Libye, à travers la dynamique de dialogue inclusif inter libyen et la réconciliation nationale, pour la préservation de la stabilité de la paix et de la sécurité de ce pays voisin », a précisé la même source.

M. Messahel a rappelé, à cette occasion, la vision de l’Algérie et ses efforts fondés sur la « non-ingérence, la solution politique et le rapprochement entre les positions des parties libyennes ».

Les membres de la délégation libyenne ont, de leur côté, salué « les importants efforts consentis par l’Algérie au titre de la facilitation de la concertation entre les partis libyennes et le dialogue interlibyen, dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord politique et en soutien au processus initié par l’ONU », a conclu le texte.

Un accord politique signé récemment sous l’égide des Nations unies par les parties au dialogue interlibyen a été perçu par Alger comme répondant « aux aspirations du peuple libyen, en quête de paix et de stabilité, et auquel l’Algérie ne cesse de porter soutien et assistance pour surmonter sa crise interne ».

Pour rappel, le document a été paraphé par l’ensemble des parties libyennes, dont le Parlement reconnu par la communauté internationale basé à Tobrouk, le Conseil national général (CNG) à Tripoli, des indépendants, des représentants de partis politiques ainsi que par des représentants de la société civile et des communes.

Les racines de ce succès remontent au mois de mars 2015 lorsque la capitale algérienne avait abrité les premiers pourparlers interlibyens couronnée par l’engagement des partis politiques et des personnalités influentes à œuvrer pour le règlement de la crise en Libye par le dialogue politique. En effet, c’était la première fois que les représentants de différentes tendances se mettaient autour d’une table afin de travailler ensemble pour approfondir et échanger des idées.

« C’était difficile mais ça sera plus facile la prochaine fois et ça sera de plus en plus facile à l’avenir jusqu’au moment où l’on aura construit la paix », avait soutenu l’ancien envoyé spécial de l’ONU pour la Libye, Bernardino Leon, remplacé récemment, au terme de son mandat, par l’Allemand Martin Kobler. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email