-- -- -- / -- -- --
Nationale

Des P/APC refusent d’organiser la présidentielle

Des P/APC refusent d’organiser la présidentielle

Le front de contestation des P/APC des wilayas de Tizi Ouzou et de Béjaïa, qui refusent d’organiser l’élection présidentielle du 12 décembre prochain, s’est élargi, lundi, avec l’annonce du président de l’APC Illoula Oumalou faisant état de son absence au rendez électoral et de son refus d’organiser la révision des listes électorales.

Ce front du refus est né au lendemain du lancement de l’opération de révision des listes électorales, enclenchée par l’Autorité nationale indépendante pour l’organisation des élections.

Les élus de la commune d’Illoula Oumalou, dans la wilaya de Tizi Ouzou, ont annoncé, lundi soir, leur refus d’organiser le vote et ont décidé de fermer le bureau des élections.

« Nous, élus RCD à l’APC D’illoula Oumalou, informons les citoyens de la commune que nous rejetons catégoriquement toutes manœuvres et pressions administratives pour le déroulement et l’organisation de la révision des listes électorales pour l’élection présidentielle du 12/12/2019. A cet effet, nous portons à votre connaissance que le bureau des élections sera fermé ».

Ils rejoignent ainsi les 22 P/APC des communes de Tizi Ouzou et Béjaïa qui ont décidé de boycotter l’organisation du scrutin. Certains de ces élus refusent également que l’opération soit supervisée par des fonctionnaires de leurs APC : « Je refuse catégoriquement de faire tout ce qui a trait à la révision des listes électorales et, de ce fait, j’interdis à tout responsable et à tout fonctionnaire au sein du bureau des élections de procéder à cette opération sans solliciter mon avis »,

écrit le P/APC de Bouzguène, également à l’Est de Tizi Ouzou, lundi dans une correspondance à la commission administrative électorale.

Dans une première réaction, l’Autorité nationale indépendante pour l’organisation des élections, qui gère officiellement tout le processus électoral, a répondu, par le biais de son porte-parole, Ali Draâ, que « l’élection présidentielle aura lieu dans toutes les communes d’Algérie.

« Il y a des P/APC qui refusent d’organiser l’élection. Il y a d’autres communes dont les moyens ne permettent pas de lancer l’opération. Mais à partir de demain, l’opération (de révision des listes électorales) va démarrer dans toutes les communes du pays. Dans les 1 541 communes que compte le pays », a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse.

Pour Ali Draâ, même les communes dont les P/APC refusent d’organiser le scrutin seront concernées. « Le P/APC n’est pas le responsable de l’organisation de l’élection. Au P/APC qui dira « Je n’organise pas cette élection », on répondra : « Reste dans ton bureau parce que à l’origine tu n’es pas concerné par l’organisation de l’élection ».

« Il y a une nouvelle autorité qui a ses structures et il y a une société et un peuple qui veut voter et personne ne peut empêcher le citoyen de voter », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, les moyens de l’Autorité nationale pour l’organisation des élections restent dérisoires, et, selon des observateurs, le soutien du ministère de l’Intérieur est vital, car il est non seulement à la tête des communes et daïras du pays, mais a les moyens matériels et humains pour cette échéance électorale.

Il est évident que l’Autorité nationale indépendante pour l’organisation des élections ne peut à elle seule, avec ses modestes moyens, organiser une élection présidentielle, qui pourrait se jouer au second tour.

Enfin, le nombre de candidats à cette élection présidentielle a franchi le seuil des 50 candidatures, avec l’annonce de l’entrée en scène de Abdelmadjid Tebboune, l’ex-Premier ministre.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email