-- -- -- / -- -- --
Monde

Des organisations humanitaires s’inquiètent du manque de progrès

Des organisations humanitaires s’inquiètent du manque de progrès

Une trentaine d’organisations humanitaires ont tiré la sonnette d’alarme jeudi sur le manque de progrès dans la reconstruction dans la bande de Ghaza six mois après la fin de l’offensive militaire israélienne.

Les organisations exhortent la communauté internationale à verser les 5,4 milliards de dollars promis lors d’une conférence au Caire en octobre, la majorité des promesses de dons n’ayant pas été tenues. « Nous sommes inquiets des progrès limités de la reconstruction », indique un communiqué commun de ces organisations, dont plusieurs agences de l’ONU comme l’UNRWA, l’agence onusienne pour les réfugiés palestiniens.

« Le blocus imposé par Israël continue, le processus politique et l’économie sont paralysés et les conditions de vie se dégradent », indiquent les signataires. « Environ 100.000 Palestiniens sont encore sans logement cet hiver, vivant dans des conditions terribles dans des écoles ou des abris de fortune.

Les coupures d’électricité atteignent parfois 18 heures par jour », soulignent les ONGs. Selon l’ONU, plus de 10.000 Ghazaouis vivent toujours dans des écoles, en attente d’une solution de relogement. « La poursuite du non-paiement des salaires des employés du secteur public et l’absence de progrès dans la constitution d’un gouvernement d’union nationale accroît encore les tensions », indique le communiqué.

« L’assistance financière aux familles qui ont tout perdu a été suspendue et d’autres formes d’aides très importantes ne sont pas disponibles », précise le communiqué. Les organisations mettent en garde contre un retour aux hostilités et appelé Israël à lever son blocus de l’enclave palestinienne.

« Un retour aux hostilités est inévitable si aucun progrès n’est accompli et si aucune solution n’est proposée pour résoudre les causes du conflit », estiment-elles.
Selon un haut responsable de l’ONU, le manque de fonds pour la reconstruction de Ghaza risque de ruiner les efforts faits pour éviter un nouveau conflit dans le territoire palestinien.

« C’est franchement inacceptable et cette situation ne peut pas continuer si nous voulons éviter une nouvelle escalade à Ghaza », a-t-il affirmé.

Ce manque de fonds « fait peser une pression presque insupportable » sur les habitants de Ghaza. Les donateurs qui avaient promis 5,4 milliards de dollars à la conférence du Caire il y quatre mois « n’ont pas rempli la plupart de leurs engagements » pour l’instant, a déclaré devant le Conseil de sécurité le secrétaire général adjoint pour les affaires politiques Jeffrey Feltman. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email