-- -- -- / -- -- --
Nationale

Des moutons achetés à crédit à Ghardaïa

Des moutons achetés à crédit à Ghardaïa

La ville de Ghardaïa s’apprête à célébrer l’Aid Al-Adha en s’entourant de toutes les mesures de sécurité sanitaire pour éviter la transmission du coronavirus. 

À trois jours de la fête, la vente de moutons tarde à s’animer d’un côté. Dans un autre, de nombreuses familles sentent la pression monter au fur et à mesure que la fête de l’Aid Al Adha approche.

En effet des contraintes sociales de cette année en cours, exigent des chefs de famille une conduite infaillible, leur imposant d’acheter un mouton aux proportions singulières.

En ces moments difficiles de cette Année, souvent le recours au crédit se révèle plutôt salvateur. Les consommateurs contractent généralement des crédits ou des emprunts pour acheter un appartement ou un véhicule.

S’endetter spécialement pour la fête de l’Aid Al Adha, pour acquérir un mouton est une démarche totalement nouvelle à Ghardaia. En sus des paramètres sociaux et religieux que cette fête englobe, il faut dire qu’elle a engendré d’autres interprétations qui oscillent entre tiraillements économiques et dissidences sociales au sein du couple.

D’habitude, c’était plus d’un mois, avant l’Aïd, que les Ghardaouis commencent déjà à acheter leur mouton. Cette année, compte tenu de la situation sanitaire et la présence du Covid-19, ce n’est qu’à une semaine de jours de la fête du sacrifice que ce dernier vient de commencer à faire une apparition très timide dans les rares hangars loués pour la circonstance ou dans les rares espaces à ciel ouvert. 

Interdits de vendre aux abords des routes, les maquignons qui arrivent à se procurer un terrain en arrière-pays, se lancent craintivement dans le commerce des moutons, confectionnant des enclos à la va-vite et accrochant des pancartes au bout de la rue, avec une flèche qui indique l’endroit où parquent les bêtes, de manière à qu’elle soit bien visible des automobilistes et des passants.

C’est au sein de ces rares locaux et étendus que commencent à accueillir les premiers clients, dans un contexte marqué par la mobilisation des services de sécurité et des services vétérinaires pour endiguer tout risque de propagation du virus.

Le chef du service vétérinaire de la direction de l’Agriculture de Ghardaïa, a indiqué qu’un ensemble de mesures de sécurité sanitaire sont mises en œuvre dans les endroits à bétail conformément au protocole sanitaire instauré par les autorités compétentes.

Dans le cadre de ces mesures, a-t-il expliqué à travers les antennes de la radio locale de Ghardaïa, qu’outre les mesures habituelles de suivi sanitaires des bêtes et des conditions d’hygiène, des mesures additionnelles préventives doivent être observées dans le contexte du Covid-19 sur toute la chaîne allant de la mise en vente des animaux jusqu’au jour du sacrifice. Et ce, en coordination avec les autorités sanitaires compétentes de la Wilaya.

Il ne va pas sans dire que les rares clients ne se décident qu’au dernier moment pour concrétiser un éventuel achat.
Quant aux prix pour cette année 2020, ils sont en légère baisse par rapport aux années précédentes, c’est-à-dire entre 29. 000 DA pour une brebis et 55.000 DA pour un bélier qui porte bien son nom.

Mais, compte tenu de la situation sanitaire très particulière de cette année, les spécialistes en la matière disent que les prix des moutons s’attendront à une chute d’ici à la veille de la fête du sacrifice. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email