Des milliers de cadavres abandonnés sous les décombres : Le risque des épidémies plane sur Gaza – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


MENASahel

Des milliers de cadavres abandonnés sous les décombres : Le risque des épidémies plane sur Gaza

Des milliers de cadavres abandonnés sous les décombres : Le risque des épidémies plane sur Gaza

Le nombre des victimes depuis l’agression sioniste le 7 octobre dernier augmente de jour en jour. Selon des sources palestiniennes, c’est près de 20.000 qui sont tombés en martyrs, dont les trois quarts sont des femmes et des enfants, auxquels s’ajoutent environ 55.000 blessés et des milliers de disparus. Pire encore, selon plusieurs témoignages, des milliers de corps sont ensevelis sous les décombres, abandonnés depuis un mois et demi, notamment dans des zones de guerre que la population a évacué dans la précipitation.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde contre les risques de propagation d’une épidémie dans la bande de Gaza. Margaret Harris, porte-parole de l’organisation, a déclaré que la situation du système de santé à Gaza « s’aggrave », et « il existe des risques d’épidémie majeurs ». « Compte tenu de la détérioration du système de santé à Gaza, il y a un fort risque d’apparition d’épidémies, a t-elle ajouté, sans en préciser le type, soulignant qu’ « il existe des preuves et des indications à ce sujet ».

Sur le déplacement de près d’un million d’enfants à Gaza, Margaret Harris a prévenu contre des « risques majeurs » concernant la propagation de maladies parmi eux. En plus du froid et de la pluie à Gaza, « nous constatons qu’il existe un véritable état de famine : 90 % de la population n’a pas de nourriture ou ne sait pas où trouver suffisamment de nourriture », souligne-t-elle.

Plusieurs infrastructures sanitaires dans la bande de Gaza et dans les camps de réfugiés ont été détruites par l’occupant sioniste, qui pratique depuis le 7 octobre dernier, début de l’agression sioniste, une véritable politique d’épuration ethnique dans les territoires palestiniens occupés.

L’hôpital al-Ahli Arab, l’un des derniers qui étaient encore en service dans le nord de la bande de Gaza en Palestine, a cessé de fonctionner ce mercredi après avoir été pris d’assaut par les forces sionistes, avait indiqué son directeur.

Les forces sionistes ont assiégé cet hôpital de la ville de Gaza, arrêté plusieurs médecins, infirmiers et blessés, et détruit une partie de l’enceinte.

70% des palestiniens souffrent d’une faim extrême

Plus de 71% des Palestiniens dans la bande de Gaza souffrent d’une faim extrême, a indiqué l’Observatoire Euro-Méditerranéen pour les Droits de l’Homme (Euro-Med Monitor).

Plus de 71 % des participants à une étude menée dans la bande de Gaza par Euro-Med Monitor, ont déclaré « souffrir d’une faim extrême », ce qui confirme que l’entité sioniste « utilise la famine comme arme contre les civils palestiniens », a indiqué l’organisation sur son site.

Euro-Med Monitor a mené une étude analytique incluant un échantillon de 1 200 personnes dans la bande de Gaza afin de déterminer l’impact de la crise humanitaire que connaissent les habitants de Gaza au milieu de la guerre génocidaire sioniste en cours, qui a débuté le 7 octobre.

Selon les résultats de l’étude, 98 % des personnes interrogées ont déclaré manger des quantités insuffisantes de nourriture, tandis que 64 % des participants ont admis manger de l’herbe, des fruits, des aliments non mûrs et des matériaux périmés pour apaiser leur faim.

L’étude a révélé en outre que le taux d’accès à l’eau dans la bande de Gaza est de 1,5 litre par personne et par jour. C’est 15 litres de moins que la quantité minimale d’eau nécessaire à la survie au niveau requis par les normes internationales, a noté Euro-Med Monitor.

L’Observatoire Euro-Med des Droits de l’Homme a souligné que le droit humanitaire international interdit strictement l’utilisation de la famine comme arme. En tant que puissance occupante, l’entité sioniste est tenue, en vertu du droit international humanitaire, de répondre aux besoins fondamentaux et de garantir la protection de la population de Gaza.

Pour sa part, l’ONGONG Une organisation non gouvernementale (ONG) est une association à but non lucratif, d'intérêt public, qui ne relève ni de l'État, ni d'institutions internationales Médecins sans frontières a décrit, ce mardi, la situation humanitaire en Cisjordanie occupée, en particulier dans la ville de Jénine, de « chaotique » et d’ « inimaginable ».

La coordinatrice de Médecins sans frontières à Jénine, Luz Saavedra, a expliqué dans un communiqué que « la violence contre les civils a augmenté depuis le 7 octobre, alors que les attaques contre les hôpitaux se sont multipliées de façon spectaculaire et sont devenues systématiques. De même pour les infrastructures de base et du service public qui subissent des actes de démolition ».      

Elle a précisé, à ce sujet, qu’au cours de ces dernières semaines, les forces sionistes « ont assiégé de nombreux hôpitaux à Jénine, provoquant une obstruction directe des soins de santé », soulignant que « l’empêchement continu de l’accès aux soins de santé met en danger la vie des citoyens du camp de Jénine ».

Vendredi dernier, plusieurs pays ont fait part de leur préoccupation face au nombre élevé d’attaques de d’armée sioniste et celles des colons contre les Palestiniens en Cisjordanie occupée, appelant « à la sanction des auteurs de ces actes ».

Interruption complète des communications

Les services de téléphonie fixe, Internet et cellulaire ont été coupés ce mercredi dans de grandes parties de Gaza, alors que les bombardements de l’armée sioniste se poursuivaient sur diverses zones de la bande, selon la Société palestinienne de télécommunications.

La Société palestinienne de télécommunications a annoncé « une interruption complète » de ses services de communication et Internet dans la bande de Gaza, la septième interruption à laquelle la société est exposée depuis le début de l’agression sioniste, le 7 octobre.

Ces coupures ont une grande incidence sur les opérations de secours et d’assistance médicale, surtout avec la permanence des raids et des bombardements sionistes.

Dans la soirée de ce mercredi, au moins cinquante Palestiniens ont péri dans des bombardements aériens sionistes contre deux tours résidentielles dans le quartier d’Al-Rimal dans la ville de Gaza. Les ambulanciers, des équipes de secours et des citoyens ont dégagé les corps d’au moins 50 martyrs et 12 blessés sous les décombres des deux tours résidentielles, et les tentatives se poursuivent pour retirer 50 personnes disparues sous les décombres.

Les tours résidentielles ciblés par les raids

L’aviation d’occupation a lancé une série de raids sur de vastes zones à l’est du quartier d’Al-Shuja’iya, à l’est de la ville de Gaza, a rapporté l’agence Wafa qui précise qu’un certain nombre de Palestiniens sont également tombés en martyrs et d’autres blessés lors du bombardement d’un immeuble au centre de la ville de Gaza.

D’autre part, l’aviation de l’entité sioniste a bombardé le siège de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés (UNRWA) dans la région d’Al-Sinaa, au nord de Gaza, alors que dans le camp de Jabalia, les corps de 27 martyrs et 10 blessés ont été retrouvés, après que l’aviation et l’artillerie d’occupation ont bombardé plusieurs maisons et rassemblements de citoyens.

En outre, l’occupation sioniste continue de bombarder intensivement les zones orientales de la ville de Gaza, au moment où le Croissant-Rouge palestinien a annoncé que l’aviation sioniste avait visé un bâtiment près de son siège d’ambulances à Jabalia, ce qui a entraîné des dégâts matériels au siège.

Au sud de la bande de Gaza, un certain nombre de corps de martyrs et des dizaines de blessés sont arrivés à l’hôpital Nasser, suite aux raids sionistes et aux balles réelles des drones contre une maison du camp de Khan Younes et à Al-Hinnawi, et une école qui héberge des personnes déplacées.

Les avions et l’artillerie de l’occupant sioniste ont également bombardé les zones à l’est de Khan Younes, en particulier la ville de Bani Suhaila, indique encore Wafa selon laquelle une Palestinienne est tombée en martyre et quatre autres ont été blessées dans le bombardement d’un appartement résidentiel dans le camp de Nuseirat, dans le centre de la bande.

Vers une nouvelle trêve ?

Par ailleurs, la résistance palestinienne a annoncé qu’elle a mis hors d’état de nuire une trentaine de soldats sionistes en une seule journée, lors des opérations menées sur plusieurs zones de l’enclave. Des véhicules blindés et des chars ont été la cible d’attaques avec des roquettes et des missiles de moyenne portée.

Il faut souligner que ces combats interviennent au moment ou l’entité sioniste évoque des possibilités pour l’instauration d’un cessez le feu et des négociations pour un nouveau échange de prisonniers. Selon des médias américains, Tel Aviv a proposé à des médiateurs une trêve d’une semaine et la libération d’une quarantaine de prisonniers israéliens, détenus par la résistance.

A ce propos, des informations font état de la présence de plusieurs dirigeants de Hamas dans la capitale égyptienne, le Caire, qui connait dernièrement un intense ballet diplomatique. L’Egypte et le Qatar mènent depuis des semaines des négociations avec plusieurs parties, dont les Etats Unis, pour arriver à un accord total et définitif, imposant un cessez le feu sur toute la bande, échange des prisonniers, acheminement des aides humanitaires et le lancement de pourparlers pour une solution à deux Etats, tel que préconisée par les Nations Unies.

 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email