-- -- -- / -- -- --
Nationale

Des migrants africains agressés au Maroc

Des migrants africains agressés au Maroc

Des migrants subsahariens ont été agressés et leurs campements brûlés à Casablanca.

Alors que la presse marocaine s’égosillait récemment jusqu’à l’étouffement sur une prétendue agression de services de sécurité sur les migrants africains établis en Algérie lors de l’opération de transfert vers leurs pays d’origine, les agressions qu’on subies ces derniers à Casablanca le week-end dernier ont été totalement passées sous silence. A l’époque des faits, ces relais étaient appuyés par des ONG et autres médias proches de Rabat, surtout Français. 

En effet, des agressions ont été commises par les habitants du quartier Derb El Kebir, près de la gare routière Ouled Ziane à Casablanca, où des migrants subsahariens ont établi leur QG dans un jardin public : Incendies de tentes, jets de pierre et chargement des forces de l’ordre contre les migrants africains ont malheureusement émaillé cette journée.

Le quartier Derb El Kebir, près de la gare routière Ouled Ziane à Casablanca, a connu vendredi dernier des scènes de violence inouïes à l’encontre des centaines de migrants subsahariens. Un incendie a été déclenché dans un jardin près du lieu où se tassaient ces migrants africains dans l’intention de les brûler vifs.

Refoulés du nord du Maroc, ils ont élu domicile dans ce jardin public servant de terrain de football pour les jeunes du quartier. Les migrants criaient en cœur : « Racistes ! Racistes ! Les Marocains qui nous ont attaqués, regardez où on dort.

Ce n’est pas pour rester au Maroc, c’est pour passer. On est venus pour passer, ils n’ont qu’à nous laisser faire notre choix », criaient-ils en chœur. Au mois de mars dernier, une quarantaine de migrants subsahariens originaires notamment du Nigeria, du Mali, du Cameroun, du Sénégal, de la Guinée, du Liberia, de la Côte d’Ivoire, du Ghana et du Burkina, ont affirmé qu’ils ont été arrêtés dans les rues d’Oujda, dans l’est du Maroc.

Ils disaient avoir été emmenés dans un commissariat où leurs empreintes ont été prélevées, puis conduits à la frontière avec l’Algérie, à une trentaine de kilomètres de là. 

Depuis Oujda, ils avaient l’intention de rejoindre les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla en territoire marocain : « La police marocaine nous a jetés ici sans aucune explication. Nous nous trouvons dans un champ situé entre les postes-frontières des deux pays.

Quand nous essayons de revenir au Maroc, les soldats nous battent à coups de matraque, ou avec la crosse de leur mitraillette », disent-ils. Cette grave atteinte aux droits de l’homme au Maroc est à mettre à l’actif de la politique répressive du Makhzen qui s’est déjà distingué lors des manifestations pacifiques des sahraouis.

Les Subsahariens ont été attaqués par une horde de jeunes Marocains manipulés qui ont voulu en découdre avec ces « intrus encombrants ».

Le mythe du Maroc ouvrant ses portes aux réfugiés subsahariens est ainsi battu en brèche. Mais la vérité avait fini par éclater et les mensonges du Makhzen. Mais l’UE, la France et d’autres pays ferment les yeux sur ce qui se passe au Maroc. Peut-être qu’il y a un compromis entre l’UE et le Maroc.

La politique restrictive et répressive de la fermeture des frontières, menée par les pays de l’UE, a eu comme résultat d’enfermer à l’intérieur même du Maroc les candidats à l’émigration. Ils se retrouvent contraints de rester pour des périodes relativement longues, attendant qu’une occasion de traverser via Ceuta et Mellila se présente.

En contrepartie de son investissement pour bloquer les mouvements des populations subsahariennes, le Maroc a obtenu des aides européennes non négligeables, soit 654 millions d’euros.

Les organisations marocaines de défense des droits de l’homme s’en indignent, lui reprochant d’être « le gendarme ou l’arme de régulation de l’Europe ». Les responsables marocains préfèrent, quant à eux, garder le silence sur un dossier bien trop encombrant. Les chiffres officiels font état de 10 000 à 15 000 migrants bloqués au Maroc. Le Maroc est un laboratoire de la politique migratoire européenne.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email