-- -- -- / -- -- --
Nationale

Des indicateurs positifs pour une réconciliation libyenne

Des indicateurs positifs pour une réconciliation libyenne

Le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union Africaine et de la Ligue des Etats Arabes, Abdelkader Messahel a affirmé hier que la 11ème réunion ministérielle des pays voisins de la Libye, qui se tient à Alger, intervenait dans un contexte marqué par d’importants développements allant dans le sens du règlement de la crise en Libye, à la lumière d’indicateurs positifs d’un dialogue libyen à même d’asseoir les bases d’une véritable réconciliation et permettre l’édification d’institutions libyennes unies.

« Cette journée coïncide avec la commémoration du 8 mai 1945, l’une des principales étapes de l’histoire de la résistance algérienne, lors de laquelle 45.000 Algériens sont tombés en martyrs, assassinés par les forces coloniales dans plusieurs villes du pays notamment à Sétif, Guelma et Kherrata « , a rappelé Abdelkader Messahel, à l’ouverture des travaux de la 11ème réunion ministérielle des pays voisins de la Libye. M. Messahel a cité des points positifs recueillis lors de ses récentes visites effectuées dans différentes régions et villes, dans l’Est, l’Ouest, le Sud et le Nord de la Libye.

Les deux tournées effectuées récemment à Benghazi, Zentan, Tripoli, Misrata et d’autres villes libyennes « ont été organisées avec l’accord et en coordination avec les autorités libyennes « , a-t-il ajouté saluant l’accueil chaleureux qui lui a été réservé par les frères libyens.

« J’ai perçu une forte volonté chez tous les citoyens libyens et une pleine disponibilité des acteurs et responsables politiques, des notables et des représentants de la société civile locale au dialogue inclusif, afin d’aboutir à la solution politique, tant attendue, à la crise libyenne « , a-t-il affirmé.

« J’ai aussi ressenti la détermination et l’engagement de toutes les parties rencontrées à considérer l’accord politique, signé le 17 décembre 2015 sous l’égide de l’ONU, en tant que référence et cadre pour le règlement de la crise libyenne « , a-t-il dit.

Il s’est, également, félicité de la rencontre qui avait regroupé le 22 avril dernier, le président du parlement libyen, Akila Salah, et le président du Haut conseil d’Etat, Abderahmane Souihli, ainsi que celle ayant réuni le président du conseil d’Etat libyen, Fayez al-Sarraj et le maréchal Khalifa Haftar, chef de l’Armée nationale libyenne (ANL) à Abu Dhabi, et l’approbation par le parlement libyen et le Haut conseil d’Etat de la désignation des membres de la commissions mixte pour le dialogue national.

« Les efforts de l’Algérie sont dictés par un devoir fraternel et le principe de solidarité avec le voisin. Nous œuvrons en faveur de la réconciliation, de l’union et de la stabilité dans ce pays parce qu’il est cher à nos cœurs et non pour la gloire « , a-t-il fait remarquer.

Les pays voisins de la Libye se réunissent une nouvelle fois en Algérie sous la supervision de l’Onu et la Ligue des Etats arabes pour affirmer la nécessité d’accompagner les Libyens sur la voie de la paix pour le règlement de la crise qui secoue ce pays depuis 2011.

L’accord politique en Libye doit demeurer le cadre d’une solution négociée

Pour sa part le chef de la mission d’appui de l’ONU en Libye Martin Kobler a déclaré que « l’accord politique libyen doit demeurer le cadre d’une solution négociée. L’Accord n’est pas parfait, des amendements partiels et limités sont nécessaires, mais doivent être faits par les Libyens eux-mêmes. L’ONU est là pour faciliter et coordonner les efforts « .

« Il s’agit en premier lieu, de la désignation des délégations par la Chambre des représentants et par le Haut Conseil d’Etat, ce sont des gestes encourageants et doivent intégrer un processus inclusif « , a souligné le représentant de l’ONU.

Le diplomate Onusien a relevé par ailleurs, que la volonté du Maréchal Haftar de négocier sur la base de l’Accord politique Libyen est « une source d’optimisme « , saluant les efforts du Conseil présidentiel visant à consolider le contrôle des groupes armés à Tripoli.

« J’étais récemment au Soudan et je suis pleinement conscient des menaces que ces groupes posent non seulement sur la Libye, mais à l’ensemble de la région et en particulier les voisins du sud « , a-t-il enchainé, appelant ces groupes à déposer leurs armes tout en encourageant les acteurs libyens à mettre fin à l’utilisation belliqueuse de ces groupes.

Sur le plan économique, M. Kobler a soutenu que l’économie et la situation financière de la Libye doivent être stabilisées, sans manquer de saluer l’accord sur un cadre budgétaire pour 2017, qui a été un grand pas en avant.

Cependant, a-t-il souligné, les mécanismes budgétaires et les finances publiques doivent être amélioré pour assurer un financement unifié et équitable des services, ce qui inclue une répartition équitable et transparente entre toutes les régions de Libye.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email