-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Des enfants opérés à l’hôpital de Ben Aknoun

Des enfants opérés à l’hôpital de Ben Aknoun

Assurée depuis plusieurs années par le service d’orthopédie de l’hôpital de Ben Aknoun, la chirurgie du plexus brachial obstétrical, une paralysie de la main et du bras dont souffrent de nombreux enfants à la naissance, est devenue une routine ou des spécialistes de renommée international ont opérées des enfants.

Pour la circonstance, le service orthopédique a abrité depuis vendredi et ce jusqu’à hier une série d’examens et d’interventions sur des enfants, venus pour la plupart de contrées de l’Algérie profonde.

Ainsi, plus d’une cinquantaine d’enfant originaires de Guelma, Tiaret, Tizi- ouzou, Batna, Sétif, Relizane, Skikda, Constantine, Tipasa, Ouargla et aussi d’Alger, ont été admis pour examen, en vue de les faire opérer. 

Cette délégation médicale composée d’éminents spécialistes à savoir le Pr Scott Kozin des USA, du Pr Alain Gilbert de France et de Pierre Luigi Raimondi d’Italie, du Dr Erick Devinney, ainsi que du Dr Thirion Anne Valerie, médecin spécialisée en anesthésie des nouveau-nés ont ausculter et opérer des enfants atteints de la paralysie du plexus brachial obstétrical.

Les hôtes de l’hôpital de Ben Aknoun ont réalisé des greffes nerveuses chez les enfants souffrant de la rupture de nerfs au moment de l’accouchement.

« La paralysie obstétricale du nouveau-né est une lésion par étirement d’un ou des deux plexus brachiaux, qui survient lors d’une naissance difficile et n’est pas si rare avec une incidence (nombre de nouveaux cas par an) de 1,5 pour 1.000 naissances, a témoigné le Pr Alain Gilbert qui explique que « Cette paralysie est souvent associée à un poids de naissance élevé et une dystocie des épaules, c’est-à-dire difficulté de passer les épaules du bébé lors de l’accouchement.

Toutefois, cette complication obstétricale peut également survenir lors d’une naissance par le siège d’un nouveau-né de petit poids, c’est dans cette situation que l’on retrouve les très rares paralysies bilatérales », a noté le Pr Gilbert.

L’acte chirurgical a consisté à réparer les nerfs rompus au moment de l’accouchement, nous a expliqué le Dr Salim Benamirouche, qui pilote l’opération sous le contrôle du Pr Benbouzid, chef de service d’orthopédie et de traumatologie.

« Pour cette mission une quinzaine d’enfants ont été opérés, sans compter les enfants consultés nous a révélé le Dr Benamirouche qui souligne que la paralysie traumatique du plexus brachial survient au moment de la naissance.

La paralysie du plexus brachial est une affection qui touche un nouveau-né sur 2000. Un nom qui désigne en fait une paralysie du bras et de la main survenant à la naissance, à cause d’une atteinte d’un ensemble de nerfs qui innervent le bras, de l’épaule au coude ».

En plus des consultations et des interventions chirurgicales, la délégation a également assuré l’enseignement continu pour les jeunes orthopédistes venus de différents services. Une formation pour des chirurgiens algériens qui leur permettra une meilleure prise en charge de ces pathologies et va contribuer à réduire les transferts pour des soins à l’étranger.

À noter que cette mission est la quatrième du genre depuis le début de l’année. La prochaine est prévue en décembre. A signaler que l’association « Tendre la main » de Paris a pris en charge la billeterie de la délégation.

Il ya lieu de rappeler que depuis 2005, l’hôpital de Ben Aknoun a effectué des centaines d’interventions chirurgicales de paralysie obstétricale du plexus brachial dans le cadre de la coopération et de l’échange d’expertise avec plusieurs équipes étrangères. Cette opération a permis de réduire le transfert des malades à l’étranger.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email