-- -- -- / -- -- --
Nationale

Des enfants n’ont pas rejoint l’école dimanche : Que va faire Benghebrit ?

Des enfants n’ont pas rejoint l’école dimanche : Que va faire Benghebrit ?

De nombreux enfants mozabites n’ont pas effectué, dimanche, la rentrée scolaire à Ghardaïa, selon le Comité de coordination et de suivi des événements de Ghardaïa. Les associations de parents d’élèves de 18 établissements « ont refusé que les enfants rejoignent les écoles ».

Ces organisations revendiquent le changement des enseignants ayant commis des actes irresponsables à l’égard des enfants mozabites, il y a quelques mois.

Pourtant lors de la visite du ministre Mme Nouria Benghebrit, ces mêmes associations ont adressé a la ministre, en marge de la visite qu’elle a effectué hier à Ghardaïa une lettre, dont laquelle, elles pressent cette dernière d’intervenir pour régler un problème, celui des enseignants : « Nous, parents d’élèves des quartiers mozabites de Ghardaïa, nous vous prions d’intervenir pour mettre fin à la situation dramatique que vit le secteur de l’éducation dans notre wilaya et sauver, à la fois, nos enfants et la rentrée scolaire », disent-ils d’emblée.

Les parents d’élèves rappellent l’atmosphère intenable qui a prévalu l’année dernière, en mettant l’accent sur l’attitude de certains enseignants « à l’esprit revanchard et propageant des fatwas takfiristes dans les écoles, et le climat de violence qui y a régné tout au long de l’année passée, ce qui a amené les élèves à quitter les bancs de l’école et obtenir des résultats catastrophiques pour la plupart ».

Les parents d’élèves suggèrent à la tutelle de recruter les 200 jeunes enseignants volontaires qui s’étaient mobilisés pour pallier l’absence des enseignants, et menacent de ne plus envoyer leurs enfants si les anciens enseignants sont réadmis cette année. Car elles craignent la reprise des affrontements « aux conséquences incalculables ». Dans le même esprit, le Conseil des notables ibadites de Ghardaïa a rendu public un communiqué à travers lequel il apporte sa caution aux décisions prises par les associations des parents d’élèves de cette ville.

Ce conseil rappelle les conditions « extrêmement dangereuses » qui ont eu lieu durant l’année scolaire 2013-2014 pour les enfants scolarisés de la région. Il accuse certains enseignants d’avoir refusé de dispenser des cours aux élèves sous prétexte qu’ils étaient des « kharidjites », et rend hommage aux jeunes enseignants qui ont pallié cette défaillance, et « ont sauvé par miracle la scolarité des élèves d’une année blanche certaine.
Suite à quoi, le conseil demande à la tutelle de recruter ces nouveaux enseignants à la place des défaillants.

En l’absence d’une réponse du ministère de l’Éducation nationale aux doléances des habitants, et à la veille de la rentrée scolaire qui s’est déroulée hier, le conseil a réuni les parents d’élèves pour exiger le recrutement des nouveaux enseignants ayant postulé à ces postes dans les trois cycles. « Ils sont l’avenir de ce pays et ne demandent pas l’impossible, mais un droit légitime », clament les notables qui demandent à la ministre d’intervenir pour sauver la rentrée scolaire 2014-2015 et faire en sorte que celle-ci se déroule « normalement et sans retard dans notre wilaya ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email