-- -- -- / -- -- --
Nationale

Des élus de Constantine mettent en garde contre le déconfinement

Des élus de Constantine mettent en garde contre le déconfinement

La situation de l’épidémie du covid-19 dans la wilaya de Constantine est peu reluisante à en croire les chiffres publiés ces dernières 48 heures notamment par des élus de l’Assemblée populaire de wilaya sur la situation constatées au niveau des trois structures sanitaires.

Le président de la commission de santé de l’institution élue, Abdelwahab Benarab, a publié ce vendredi sur sa page facebook un compte rendu de la situation de la pandémie dans la capitale de l’Est, informations sitôt relayées par un autre élu Rachid Yaici , chiffres qui poussent à l’inquiétude.

Des informations suivies de mises en garde contre la propagation de la maladie dans la wilaya laquelle occupe à ce jour la cinquième place au niveau national. L’on apprend ainsi que les services sanitaires regorgent de malades.

Pas moins de 242 patients sont actuellement hospitalisés au niveau des trois structures hospitalières réqusitionnées pour accueillir les malades du covid-19, à savoir 102 au Chu Dr Benbadis, 70 à l’hôpital de Didouche Mourad et 70 à l’Etablissement public hospitalier d’El-Bir.

Par répartition géographique, la commune de Constantine vient en tête avec près de 49% des cas confirmés, suivie de la daïra d’El-Khroub qui englobe la circonscription de la ville de Ali Mendjli et Massinissa avec 36 % de patients, la commune de Hamma Bouziane avec 5%. Le reste soit 10% des cas, sont éparpillés à travers les autres communes de la wilaya de Constantine qui en compte 12.

Il est aussi à noter que plusieurs structures et succursales d’institution publique ont dû baisser rideau en raison notamment d’apparition de cas de covid-19 parmi leurs personnels.

C’est ainsi que la délégation communale de la région d’El-Guemmas à l’Est de Constantine, le siège d’Algérie Poste du centre-ville, la succursale de l’entreprise nationale de distribution de gaz et d’électricité, Sonelgaz, de la cité dite Beau marché ont dû fermer leurs guichets.

La seconde phase de déconfinement entamée en début de semaine, soit lundi n’a pas été pour ainsi dire très convaincante pour la majorité des acteurs impliqués dans la santé publique. Le non-respect des gestes barrières, notamment le port de masques de protection et la distanciation physique ont été pour beaucoup dans la prolifération du virus, constatent ces activistes.
« La reprise des activités commerciales et l’ouvertures des structures et institution publiques recevant les citoyens tous azimuts ont été pour beaucoup dans cette explosion de cas », disent-ils.

Les services de sécurité pour leur part annoncé avoir renforcé et durci les contrôle contre les personnes enfreignant les règles désormais obligatoires pour contrer le covid-19 dont le port de masque et la distanciation sociale notamment au niveau des centres et espaces commerciaux.

Ainsi, 232 personnes ont fait l’objet de procès-verbaux pour manquement au port de masque, apprend-on de source sécuritaire. Aussi, 73 autres personnes ont été arrêtées à travers différents points du territoire de la wilaya pour avoir enfreint le « couvre-feu » qui s’étale après réorganisation en début de semaine dernière et qui désormais s’étale de 20 heures jusqu’à 5 heures du matin. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email