-- -- -- / -- -- --
Nationale

Des dizaines d’ossements humains découverts en quatre mois

Des dizaines d’ossements humains découverts en quatre mois

La Gendarmerie nationale ne cesse de découvrir des ossements humains depuis le début de l’année en cours, comme ce fut le cas en 2015.

Ils sont déjà à plus de vingt carcasses découvertes entre janvier et avril passé, selon plusieurs communiqués de presse rendus publics par la Gendarmerie nationale.

A qui appartiennent ces crânes et ossements ? – C’est la question à laquelle des gendarmes experts de l’Institut national de criminalistique et de criminologie (INCC) de Bouchaoui tentent dy répondre.

Des dizaines de gendarmes experts du plus important Institut de criminalistique en Afrique travaillent actuellement dessus pour identifier les ossements humains. Selon une source proche du dossier, ces ossements pourraient appartenir à des victimes du terrorisme ou aux disparus de la décennie noire.

Cette piste est sérieusement prise en considération, du moment que la plupart des crânes et d’ossements humains ont été découverts dans des régions ayant abrité les groupes terroristes les plus sanguinaires, tels que l’ex-GIA.

Le 29 avril dernier, un crâne et des ossements humains ont été découverts par un citoyen dans le désert à Laghouat. La découverte a eu lieu à la zone Fetha, située à 15 km au nord-ouest de la localité de Benacer-Benchohra (Laghouat), selon un communiqué de la Gendarmerie nationale.

Les ossements ont été déposés à la morgue de l’hôpital de Laghouat et les gendarmes de la brigade territoriale de Ksar-El-Hirane se sont déplacés sur les lieux, où ils ont procédé à l’enquête.

Durant le même jour, un agriculteur qui labourait sa parcelle de terre à la commune d’El Hamri, dans la wilaya de Relizane, a exhumé des ossements et un crâne humains, expliquent des gendarmes dans un communiqué.

Toujours selon la Gendarmerie nationale, un jour après les deux découvertes, un ossement humain a été déterré conducteur d’un engin de travaux publics lors des travaux de terrassement effectués par un entrepreneur à la cité la Mosquée, commune d’Aïn-Bouziane (Skikda).

Le 30 mars dernier, des ossements humains ont été déterrés par les eaux de pluies dans une forêt mitoyenne au village Boualouane, commune de Taouzinet dans la wilaya de Khenchela.

Le 11 février dernier, lors des travaux de terrassement effectués pour la réalisation d’une usine privée de sel, à la localité d’El-Outaya, le conducteur d’un engin des travaux publics, a déterré un ossement humain enveloppé dans un tissu.

Il convient de rappeler qu’en janvier 2015, dix fosses communes ont été découvertes à Oued El Harrach, Tiaret, Bordj Bou Arrirej et Chlef par des ouvriers, lors des travaux de réalisation de différents projets. A cette date, la Gendarmerie nationale avait dépêché ses experts de l’Institut national de criminalistique et de criminologie (INCC) de Bouchaoui pour y mener des enquêtes sur l’origine de ces ossements.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email