-- -- -- / -- -- --
Nationale

Des complots ourdis outre-mer contre l’Algérie

Des complots ourdis outre-mer contre l’Algérie

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, est sorti de son mutisme après les rapports malveillants de certaines officines qui prédisent un effondrement brutal de l’Algérie ou qui s’alarment des dangers qui menacent le pays.

Le président Bouteflika a dénoncé samedi, via un message lu en son nom par le conseiller à la présidence de la République, Mohamed Ali Boughazi, à l’occasion de la journée nationale du chahid célébrée le 18 février, « des complots ourdis outre-mer et relayés par divers supports médiatiques », a rapporté hier l’agence APS.

Le peuple algérien « ne succombera pas à des machinations et autres complots ourdis outre-mer et relayés par divers supports médiatiques », a ajouté le chef de l’Etat. 

« En ignorant les détracteurs, les adeptes du chaos et autres esprits sceptiques et malveillants tendant à occulter les acquis réalisés au profit du peuple, notre jeunesse a prouvé qu’elle était lucide quant aux menaces de l’heure », a indiqué en outre le chef de l’État, ajoutant que la jeunesse « ne peut être leurrée car immunisée culturellement, idéologiquement et politiquement, consciente de ses responsabilités vis-à-vis de sa patrie et de son peuple et prête plus que jamais à défendre le pays et à préserver, promouvoir et développer ses réalisations ».

Le président Bouteflika, qui a évoqué la crise économique que traverse actuellement l’Algérie, estime de plus que l’Algérie « viendra à bout de la crise à laquelle elle est confrontée du fait des fluctuations des marchés internationaux et se hissera au rang des pays émergents « grâce à « la rationalisation de nos dépenses, l’amélioration de la gouvernance de notre pays, la mise en œuvre des différentes réformes prévues et la promotion de la valeur du travail ».

Deux députés français ont rédigé il y a quelques jours un rapport sur la situation des cinq pays du Maghreb qu’ils ont présenté au Parlement. Sous le titre « Une succession à haut risque », ce rapport met en lumière la baisse du prix du pétrole qui met selon eux en danger le modèle d’économie.

Un rapport incendiaire touchant à la personne du Président algérien qui n’est visiblement pas passé inaperçu en Algérie. Et il a fallu la visite en Algérie de Mme Guigou, présidente de la commission des affaires étrangères, pour annihiler un tant soit peu cette nouvelle crise qui couvait.

Avant ce rapport de la délégation parlementaire française, un autre rapport intriguant produit par The Global Risk insights (GRI), un magazine électronique américain, dresse un portrait alarmant de la situation en Algérie. Le ministère des Affaires étrangères a réagi via une mise au point à certains médias nationaux qui ont largement relayé ce rapport.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email