-- -- -- / -- -- --
Nationale

Des chiens contre les grévistes d’Arcelor Mittal

Des chiens contre les grévistes d’Arcelor Mittal

La grève générale qui paralyse depuis avril dernier l’activité de la société ArcelorMittal Pipes et Tubes Algérie (AMPTA), ex-Tuberie sans soudure (TSS), basée à l’intérieur du complexe sidérurgique d’El-Hadjar (Annaba), se poursuit sans qu’aucune solution ne se profile à l’horizon pour mettre un terme à ce conflit qui va entrer bientôt dans son sixième mois d’affilée.

Hier, quatre travailleurs parmi un groupe de 20 ayant enclenché, la semaine passée, une grève de la faim ont été évacués au service de médecine du site pour y être auscultés à la suite d’un malaise.

Un d’entre eux souffre d’un problème cardiaque et devrait être évacué pour un examen médical approfondi. Une délégation de l’union locale UGTA s’est déplacée à AMPTA pour s’enquérir de l’état de santé des grévistes de la faim qui sont déterminés, selon leurs collègues, à poursuivre leur action jusqu’à la satisfaction de leurs revendications socioprofessionnelles, malgré les intimidations qui vont de l’obstruction à l’aide d’un engin du passage menant vers l’endroit où ils sont installés, à la coupure volontaire de l’électricité et l’utilisation de chiens pour empêcher les travailleurs d’accéder aux ateliers de production.

Même une délégation de la Ligue de défense des droits de l’homme, cherchant à s’enquérir de l’état de santé des grévistes, a été interdite d’accès au complexe.

Ces faits se passent au moment où le dialogue entre les deux parties, la direction générale d’AMPTA et le syndicat d’entreprise, est au point mort. Aucune initiative pouvant venir de l’extérieur de l’entreprise pour résoudre le conflit, qui s’est inscrit désormais dans la durée, n’a été relevée même du côté des pouvoirs publics.

Selon d’anciens syndicalistes du complexe, « la situation prévalant à l’usine d’El-Hadjar est catastrophique ; d’un côté il y a l’utilisation de chiens dressés contre les grévistes d’AMPTA, fait unique dans les annales du complexe, et de l’autre il y a les larmes de crocodile des membres de l’union de wilaya UGTA juste venus pour soit-disant soutenir les prestataires, alors que ladite union est capable de solutionner la crise en une heure ».

La visite attendue du ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb, dans les jours à venir au complexe sidérurgique d’El Hadjar pour donner probablement le coup d’envoi symbolique des travaux de réhabilitation du haut fourneau numéro deux, sera-t-elle mise à profit pour trouver une solution définitive à ce conflit ?

La société AMPTA, dont 70 % des actions sont détenues par le géant mondial du fer et de l’acier et 30 % par le gouvernement algérien via le groupe industriel public Sider, emploie quelque 350 travailleurs.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email