Des bateaux algériens bloqués en France, Belgique, Espagne et Italie – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Des bateaux algériens bloqués en France, Belgique, Espagne et Italie

Des bateaux algériens bloqués en France, Belgique, Espagne et Italie

Des navires cargos algériens sont bloqués dans quatre pays européens dont deux dans les ports français de Brest et Marseille en en raison de non conformité avec les lois ayant trait aux droits des marins. C’est ce qu’a rapporté vendredi le site Equasis spécialisé dans le trafic maritime qui indique que trois autres porte centenaires algériens sont également immobilisés en Italie, Espagne et Belgique.

Une inspection des autorités portuaires françaises qui a fait état de conditions de vie insalubres et des défaillances techniques ainsi que le non-paiement des salaires du personnel naviguant ont motivé cette décision.

Le cargo Saoura, de la Compagnie nationale algérienne de navigation (CNAN) qui était en escale à Brest était parti d’Algérie pour rejoindre le Canada via le port d’Anvers. Il est bloqué depuis 8 jours au troisième éperon du port de commerce de Brest, indique la même source. À son bord, les hommes d’équipage attendent leur salaire depuis plusieurs semaines.

Un autre porte-conteneurs le «Tamanrasset» est également immobilisé à Marseille pour les mêmes raisons de retard de salaire. Dans le port belge de Ghent, le porte-conteneurs «Timgad» est également retenu depuis le 6 septembre. En Espagne et en Italie, deux autres navires patientent aussi dans l’attente d’une mise en conformité.

La même source précise que les cabines des matelots du Saoura ne sont pas «dans un état acceptable», et souligne par ailleurs des problèmes techniques notamment des pannes de l’installation de communication par satellite, du système de ballastage et du système LRIT d’identification et de suivi des navires à grande distance.

Selon la «Charte des gens de mer», adoptée par l’Algérie et qui régit les droits des marins, l’armateur reçoit une mise en demeure de l’État français de 72h, qui, s’il n’est pas respecté, peut valoir 75.000 euros d’amende par marin et 5 ans de prison.

La CNAN n’a pas réagi à ces décisions relayées aussi par la presse française.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email