-- -- -- / -- -- --
MENASahel

Des associations latino-américaines fustigent l’occupant marocain

Des associations latino-américaines fustigent l’occupant marocain
Rassemblement de soutien au peuple sahraoui

Un collectif de 62 associations de solidarité et d’amitié avez le peuple sahraoui, appuyé par 97 personnalités politiques représentant 12 pays d’Amérique latine et des Caraïbes ont fustigé l’agression militaire marocaine à El-Guerguerat ayant conduit à la rupture du cessez-le-feu de 1991.

Dans un communiqué commun rendu public à Buenos Aires (Argentine) ce mercredi, le collectif a fait part de “sa profonde préoccupation”  suite à l’agression brutale par l’armée d’occupation marocaine dans la matinée du vendredi 13 novembre 2020, contre des dizaines de manifestants civils sahraouis qui protestaient pacifiquement contre la brèche illégale  d’EI-Guerguerat,  effectuée par le Maroc dans le mur de séparation, avec la complicité de la MINURSO. Il s’agissait d’une violation avérée des termes du cessez-le-feu conclu entre le front Polisario et l’occupant marocain dans le cadre du Plan de Règlement de l’ONU et de l’OUA de 1988.
Le mur de séparation, qualifié du mur de la honte, sépare les territoires occupés par le Maroc et les territoires sahraouis libérés.

Les Associations et personnalités latino-américaines ont dénoncé l’impuissance de la Minurso à concrétiser l’objectif qui a motivé sa mise en place en 1991, à savoir l’organisation d’un référendum d’autodétermination pour le peuple sahraoui, à superviser la situation des droits de l’Homme dans le territoire et enfin empêcher le pillage des ressources naturelles du Sahara occidental occupé.

Les signataires de cet appel international ont, en outre, condamné la violation marocaine de l’accord de cessez-le-feu, qui pousse vers l’instabilité dans toute la Région du Maghreb et du Sahel et ont exhorté le Secrétaire Général de l’ONU et le Président du Conseil de Sécurité à réactiver le processus de décolonisation du Sahara occidental par l’organisation lu référendum tant attendu par le peuple sahraoui.

Par ailleurs, le collectif a lancé un appel à l’Union africaine pour poursuivre ses efforts en matière de recherche d’une solution à ce conflit.

Ces associations ont réitéré les appels persistants de la communauté internationale pour nommer un envoyé spécial pour le Sahara occidental pour la reprises dans les plus brefs délais des pourparlers entre le Maroc et le Front Polisario.

Les signataires de ce texte sont, entre autres, l’Assemblée permanente Argentine des droits de l’Homme (APDH), l’Association chilienne d’amitié avec la République arabe sahraouie démocratique (RASD), l’Association colombienne d’amitié avec le peuple sahraoui (ACOLPS), l’Association vénézuélienne de solidarité avec le Sahara occidental (ASOVESSA), la Commission nationale des droits de l’Homme de la République dominicaine (CNDH-RD), le Parti Socialisme et Liberdade du Brésil, la Fédération nationale vénézuélienne pour la défense des droits de l’homme (FENADDEH), et l’Association sahraouie des Etats-Unis d’Amérique (SAUSA).

D’éminentes personnalités ont appuyé également l’appel de ces associations dont l’Argentin Adolfo Pérez Esquivel, Prix Nobel de la paix, la militante péruvienne Aida Garcia Naranjo, l’avocate et militant des droits de l’Homme l’Equatorienne Annabelle Guerrero Pita, la militante des droits de l’Homme de la République dominicaine, Annalisa Melandri, et le Brésilien Antonio Carlos de Andrade, militant des droits de l’Homme.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email