-- -- -- / -- -- --
Nationale

Des accords d’une durée de 49 ans entre Sonatrach et ENI

Des accords d’une durée de 49 ans entre Sonatrach et ENI

La compagnie nationale des hydrocarbures, Sonatrach et le groupe italien ENI étudieront les possibilités d’investissement dans le cadre de la nouvelle loi des hydrocarbures.

Les deux compagnies ont signé, ce mercredi à Alger, plusieurs accords de coopération dans le secteur du gaz, ainsi qu’un mémorandum d’entente portant sur les possibilités d’investissement dans l’exploration et la production d’hydrocarbures.

En présence du ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar et des P-dg des deux compagnies respectivement, Toufik Hakkar et Claudio Descalzi, les deux parties ont signé un mémorandum d’entente pour identifier les possibilités d’investir conjointement dans l’exploration et la production d’hydrocarbures en Algérie dans le cadre de la nouvelle loi sur les hydrocarbures.
Ce mémorandum couvre aussi l’examen des opportunités d’exploration et de production à l’international. Il a été également procédé à la signature de trois accords portant sur la commercialisation par Sonatrach, pour le compte des parties, du gaz sec issu des périmètres Ourhoud II, Sif Fatima II et Zemlet El Arbi, d’un volume annuel de près de 1,5 milliards m3, et ce jusqu’en 2049.
En outre, un avenant du contrat de vente de gaz a été signé entre Sonatrach et ENI, fixant les conditions commerciales pour l’année gazière 2020-2021. Ledit contrat, datant de 1977, a été renouvelé en mai 2019 pour l’approvisionnement du marché italien pour une durée de huit années fermes jusqu’en 2027, plus deux années optionnelles supplémentaires.

L’Italie, faut-il le signaler, est le premier client de l’Algérie, quoique la crise sanitaire du COVID-19 a eu un impact négatif sur le volume des exportations en hydrocarbures du pays.
En marge de la cérémonie de signature du mémorandum, le ministre de l’Energie a salué la poursuite des relations de partenariat entre les deux groupes énergétiques, rappelant qu’ENI possède plus de 12 contrats de coopération avec Sonatrach dans l’exploration et l’exploitation.
« ENI est un partenaire historique et de premier plan pour l’Algérie dans le secteur de l’énergie », a réaffirmé Attar, soulignant l’intérêt de développer la coopération entre les deux parties dans les secteurs de l’amont, de l’aval et en matière de commercialisation dans un intérêt commun.

Pour le PDG de Sonatrach, ce mémorandum permettra de renforcer les relations entre les deux parties dans les domaines de l’exploration et de l’exploitation en Algérie. « Il y a beaucoup d’opportunités que nous devons examiner ensemble.
Il s’agira également d’évaluer les opportunités à l’international et de développer les projets d’énergie solaire au niveau des gisements de l’association Sonatrach-ENI », a indiqué Hakkar qui a relevé l’impact négatif du COVID-19 sur les investissements de Sonatrach, précisant que le groupe a réduit de 50% son budget durant les mois de mai et juin.

Le PDG de ENI a de son côté indiqué que « ENI a décidé de continuer et de rester avec un budget intégral en Algérie », malgré la conjoncture internationale du secteur énergétique qui a nécessité la baisse des investissements de la compagnie italienne de près de 35 %. « Cela montre que nous travaillons bien avec nos associés en terme de temps, de procédures », a-t-il signalé. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email