-- -- -- / -- -- --
Nationale

Derbal appelle les «intervenants» à surveiller le scrutin du 23 novembre

Derbal appelle les «intervenants» à surveiller le scrutin du 23 novembre

Abdelwahab Derbal a-t-il réellement les moyens pour satisfaire les besoins et surtout les caprices de la classe politique ? La tâche de la Haute instance indépendante de surveillance des élections peut cette fois encore s’avérer compliquée dans la mesure où la quasi-totalité des perdants des dernières législatives l’avait accusé de faire deux poids deux mesures.

L’instance, qui fut longtemps un vœu pieux des partis de l’opposition avait, rappelons-le, trouvé écho auprès du locataire d’El Mouradia qui en fut aussitôt un engagement avant sa constitutionnalisation. Si le rôle assigné à la structure présidée par Derbal est de veiller au bon déroulement des scrutins, il est aussi en amont de l’opération.

L’assainissement du fichier électoral, l’approbation des listes des candidats, ou encore le déroulement de la campagne électorale entre autres maillons du processus électoral ne sont pas en reste. Et c’est justement dans cette optique que Abdelwahab Derbal a jugé utile d’apporter quelques clarifications aux partis engagés dans la course du 23 novembre quant aux rôles de son instance.

Il qualifiera de prime abord la surveillance du scrutin de grande responsabilité pour l’ensemble des intervenants, précisément les représentants des partis politiques. Le président de la HIISE, « garant « constitutionnel de la transparence du scrutin, a eu à en débattre avec les représentants des formations engagées dans cette seconde course électorale à se tenir après l’adoption de la nouvelle Constitution.

Mais ne dit-on pas que l’appétit vient en mangeant ? Si pour les représentants des partis politiques la révision de la loi électorale constitue désormais le prochain défi pour mieux asseoir l’esprit démocratique dans les processus électoraux, notamment en ce qui concerne la collecte des signatures pour les candidats, pour le représentant de la Haute instance il y a nécessité de diffuser la « culture démocratique avant son exercice et le respect des lois qui doivent être révisées en permanence, notamment la loi sur l’information et la loi électorale ».

Dans ce sillage, il plaidé en faveur d’une « révision minutieuse « -et donc lente- de la loi électorale compte tenu de son impact sur la vie politique et le processus démocratique, invitant les représentants des partis politiques à prendre part à cette révision en soumettant leurs propositions en la matière.

Le natif de la ville des mille coupoles a en outre précisé que la surveillance du processus électoral se veut « un travail minutieux qui requiert la mobilisation de tous, notamment les partis politiques qu’il a qualifiés d’alliés et de partenaires essentiels de la HIISE dans l’opération de surveillance « .

Il précisera que le processus de surveillance des élections se veut « un combat qui débute par l’étape de la révision du fichier électoral national, soulignant à ce propos, la nécessité d’assainir ce fichier et de le développer.

Il ne manquera pas au passage de relever le défi qui attend les responsables municipaux quant à l’assainissement des fichiers d’état civil qui restent selon lui « un vrai problème en Algérie « , étant donné que malgré les efforts consentis pour assainir ces fichiers par l’informatisation des procédés administratifs, des lacunes persistent encore et font que cela se répercute sur le fichier des citoyens « admis « à élire leurs représentants.

Il relèvera que cette opération reste « le garant de la légitimité des rendez-vous électoraux « et « un facteur majeur dans le choix des représentants du peuple à différents niveaux de responsabilité « . Abdelwahab Derbal insistera par ailleurs sur le rôle des supports médiatiques dans toute leur diversité pour contribuer efficacement à l’émergence d’une opinion publique consciente.

Idem pour la formation des représentants de la justice devant encadrer ce genre de rendez-vous.
Le président de la HIISE a à cet effet mis l’accent sur l’importance de la formation des magistrats concernés par l’opération politique eu égard aux retombées de l’action politique sur la vie sociale.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email