-- -- -- / -- -- --
Nationale

Déplacements, regroupements et fêtes : la crainte des spécialistes

Déplacements, regroupements et fêtes : la crainte des spécialistes

Avec une courbe ascendante des contaminations quotidiennes au coronavirus, la situation sanitaire demeure toujours inquiétante. La raison principale de cette recrudescence des contaminations reste le non- respect des mesures préventives, ce qui peut rendre la situation plus compliquée les jours à venir.

Depuis plusieurs semaines, le nombre de contaminations ne baisse pas. Les structures hospitalières sont de plus en plus sollicitées, avec des malades nécessitant souvent une hospitalisation. Des spécialistes n’hésitent pas à mettre en garde contre les conséquences du laisser-aller d’une bonne partie de la population qui a banni les gestes barrière de leur quotidien. Dans les marchés et magasins, dans les transports en commun et dans la rue, il est rare de croiser une personne portant un masque de protection. Le retour des regroupements familiaux et l’organisation des fêtes dans les maisons, sachant que les salles des fêtes sont toujours fermées, font ressurgir de nouveaux foyers de contamination. Des spécialistes confirment en effet que des clusters familiaux se créent.

«La situation épidémiologique actuelle est inquiétante. Elle peut devenir dangereuse dans le cas où un relâchement dans le respect des gestes barrière persiste», a mis en garde le docteur Mohamed Melhag, chercheur en virologie. Dans sa déclaration à la radio régionale de Sétif, il a affirmé que «si l’on continue avec cette cadence, il va y avoir une augmentation des contaminations au coronavirus les jours et les semaines à venir», soulignant la nécessité d’une vaccination de masse et le respect des gestes barrière. Selon lui, la crainte est pour les jours à venir. «Chercheurs et spécialistes appréhendons les jours à venir, caractérisés par les déplacements, les regroupements, les fêtes…», a-t-il précisé.

Signalant le fait que le virus va encore vivre avec nous des années durant, comme c’est le cas pour d’autres virus, à l’instar de celui de la grippe, le spécialiste n’écarte pas l’apparition d’autres variants de ce virus, comme le britannique et l’indien. La seule solution, selon lui, est de recourir à la vaccination de masse afin d’atteindre l’immunité collective. Il a tenu à relever l’absence d’une étude déterminant le niveau d’immunité chez les Algériens acquise en réponse au virus.

Il a, par ailleurs, rassuré quant à l’efficacité des vaccins administrés en Algérie, lesquels, a-t-il souligné, sont efficaces et sûrs. Selon lui, seule la vaccination pourrait freiner cette courbe ascendante des contaminations. Preuve en est le lancement de la vaccination de masse avec l’installation des vaccinodromes pour vacciner le maximum de personnes. Pour ce faire, de nouvelles doses de vaccin vont être reçues prochainement par l’Algérie.

Un total de 2,5 millions de doses de vaccin (Spoutnik V, AstraZeneca, Sinovac) est attendu pour la première semaine du mois de juillet. Les Algériens, dont certains ont une appréhension du vaccin, sont donc appelés à se faire vacciner contre le coronavirus, surtout qu’il est en passe de devenir nécessaire pour avoir accès à des lieux accueillant du public en Algérie. Le comité scientifique débat, en effet, de la question de l’instauration du pass sanitaire.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email