-- -- -- / -- -- --
Nationale

Démonstrations de force à l’intérieur des campus de l’Est

Démonstrations de force à l’intérieur des campus de l’Est

Les universités de l’Est du pays étaient en ébullition ce mardi.
La quasi-totalité des campus de principales universités des villes de la région ont connu des rassemblements estudiantins exigeant plus de liberté et appelant le président de la République Abdelaziz Bouteflika à retirer sa candidature pour une cinquième mandature. Des étudiants à Annaba, Jijel, Skikda, Tébessa, Biskra, Guelma, Khenchela, Oum El Bouaghi, Et-Tarf et Constantine ont manifesté leur colère contre ce qu’ils ont qualifié de pratiques antidémocratiques.
Si certains ont réussi à faire sortir dans la rue leur colère d’autres ont été contraint de limiter leur protesta intra-muros à l’image de ceux de la capitale de l’Est.

A Guelma près de 3000 étudiants partis de l’université du 8 mai 1945 ont sillonné les principales artères de la ville scandant des slogans contre l’ex parti unique. Une halte a été improvisée devant la statue du défunt président de la République Houari Boumediane

Même constat aux universités du 20 Août 1955 à Skikda, de Tassoust à Jijel et de Chadli Bendjdid à Et-Tarf ou les étudiants rassemblés au niveau des campus ont fini par investir la rue en improvisant des marches vers les centres stratégiques des trois villes.

Des milliers d’autres ont également été mobilisés au niveau des campus de Abbes Laghrour de Khenchela, Larbi Benmhidi d’Oum El-Bouaghi, Mohamed Khider de Biskra et Cheikh Larbi Tebessi de Tébessa. A Annaba, la colère estudiantine a été relevée au niveau des deux universités de Sidi Amar et Sidi Achour où un comité de « sage » a réussi à calmer les esprits de certains révoltés qui voulait porter leur colère à l’extérieur de l’enceinte universitaire, où apprend-on la population les attendait pour renforcer le mouvement.

Même constat à Tébessa ou jeunes filles et garçons ont bravé pluie et neige en se mobilisant au niveau des établissements universitaires. Ce qui est à relevé dans la totalité de ces actions estudiantines est qu’elles ont été menées dans le calme.

A Constantine, ils étaient de milliers à répondre à l’appel lancé par plusieurs mouvements estudiantins. Des rassemblements ont eu lieu à l’intérieur des campus et instituts des trois universités constantinoises 1, 2 et 3. Les étudiants se sont rassemblés dans le calme au niveau des principaux centres universitaires de la capitale de l’Est., Bien que les étudiants aient manifesté dans le calme, se limitant à scander des slogans hostiles au cinquième mandat de l’actuel locataire du palais d’El-Mouradia ou encore contre le FLN, un cordon sécuritaire visible a été placé autour des trois pôles afin croit on savoir de contrecarrer d’éventuelles tentatives estudiantines à quitter l’espace universitaire ou d’investir la rue.

Ainsi et si vendredi, le rassemblement auquel avaient appelé des citoyens anonyme via les réseaux sociaux avait réussi à drainer la foule, la démonstration estudiantine a donné une autre dimension la protesta. Pour rappel la marche prévue dimanche par le mouvement Mouatana a été empêchée par les services d’ordre de la capitale de l’Est.
Désormais, le moindre rassemblement est synonyme d’inquiétude pour les services chargés de l’ordre public. Ainsi, au centre de la ville des Ponts des dizaines de policiers étaient postés très tôt autour du stade Benabdelmalek, où était prévue une rencontre de football entrant le cadre de la 18ème journée de division amateur entre les deux clubs de football locaux le Mouloudia de Constantine et l’AS El-Khroub. 

Rencontre classée à haut risque dans la mesure où le club de la deuxième plus grande localité de la capitale de l’Est est deuxième au classement et aspire à l’accession en Ligue deux professionnelle. Un débordement au sortir de l’enceinte sportive pourraient être exploiter pour des revendications politiques.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email