-- -- -- / -- -- --
Nationale

Démission collective à l’université de Khenchela

Démission collective à l’université de Khenchela

Le campus universitaire de Khenchela ne cesse de faire parler de lui alors que l’année universitaire tire à sa fin. Eclaboussé il y a quelques mois par un scandale de plagiat à la faculté des Sciences humaines et sociologiques, l’universite de Khenchela est au coeur d’une action inédite : il s’agit de la démission de 22 fonctionnaires de la faculté de Sciences et technologie. Ils ont déposé en fin de semaine une démission collective auprès du rectorat, apprend-on de source au sein de la direction de l’université. Les démissionnaires, conduits par le doyen de la faculté, reprochent au premier responsable de l’université Abbas-Laghrour, Abdelaziz El-Aich, une “mauvaise gestion” du campus. Des reproches qu’ils ont d’ailleurs consigné dans une longue correspondance adressée, au cours de la semaine, écoulée aux autorités locales dont le wali et les services de sécurité, ainsi qu’au département de Tahar Hadjar, le ministre de l’enseignement superieur.
Les fonctionnaires, de la plus grande faculté de l’université aurésienne, professeurs, enseignants et administrateurs seraient, à en croire notre source, déterminés à ne pas revenir sur leur décision sans une réaction officielle des parties sollicitées. Cette démission intervient alors qu’en parallele la section syndicale des travailleurs de ladite université a menacé de déclencher une grève dans la série de bras de fer qui l’oppose au premier responsable de l’univérsité depuis plusieurs mois. La conjonction des deux evenements accablent le recteur de l’université qui accusent les syndicats de vouloir instaurer leur diktat dans certains services du campus.
Suite au scandale de plagiatm le recteur de l’université avait infligé des sanctions administratives à l’encontre de la doyenne et de deux enseignants (dégradés de leurs postes) et l’exclusion définitive d’un quatrième, reconnus pour leur implication dans le scandale de plagiat. Une reproduction dans une revue éditée en janvier dernier par la faculté de sociologie d’articles de chercheurs et étudiants arabes a en effet été signée par des enseignants de Khenchela.
Des rumeurs avaient même circulé au moment des faits que le départ du recteur n’était pas à écarter dans la mesure où, rappelle-t-on, le premier responsable de l’université n’est autre que le directeur d’honneur de la revue au coeur du scandale.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email