-- -- -- / -- -- --
Nationale

Découverte du corps d’Anes en état de décomposition

Découverte du  corps d’Anes en état de décomposition

Le corps dans petit Anes Beredjem disparu il y a vingt-deux jours à Mila a été retrouvé, hier, non loin du lieu où il a été vu pour la dernière fois.

Selon les premières informations émanant de source sûre, le corps, dans un état de décomposition, a été repêché d’un canal d’évacuation des eaux usées traversant un jardin, à une vingtaine de mètres de la maison des grands-parents du petit garçon, non loin du lieu d’où il a disparu il y a trois semaines.

Aussitôt l’information diffusée, les éléments de la Protection civile et ceux des services de sécurité se sont rendus sur les lieux afin de prendre les mesures qui s’imposaient, a-t-on appris de même source, qui confirme par ailleurs le déplacement des proches de la victime à l’hôpital des frères Maghlaoui à Mila où le corps a été déposé pour les besoins de l’autopsie.

Par ailleurs, on apprend que le corps a été transféré en fin d’après-midi au CHU de Constantine pour être soumis à une autopsie plus approfondie.

Bien qu’aucune information n’est venue, à l’heure où nous mettons sous presse, confirmer l’option du crime. Le lieu de la macabre découverte et tous les alentours avaient pourtant été passés au peigne fin par les gendarmes et les citoyens une semaine durant après la disparition de Anes.

L’enfant, originaire de la ville de Chelghoum Laïd, avait été porté disparu le 15 septembre dernier. Agé de cinq ans, il était reçu quelques jours plus tôt chez ses grands-parents maternels à la cité El-Kouf à Mila. De vastes opérations de recherche avaient été aussitôt lancées après l’annonce de sa disparition par les éléments de la Gendarmerie nationale épaulés par ceux de la brigade cynophile.

La disparition du jeune garçon a soulevé un tollé dans toute la région. En signe de solidarité avec la famille du jeune disparu, des centaines de citoyens avaient improvisé une marche trois jours après la disparition, au sortir de la prière du vendredi.

Le jour de l’Aïd-el-Adha plusieurs citoyens anonymes avaient tenu à témoigner leur soutien à la famille du garçon, en affluant par dizaines aussi bien au domicile des parents à Chelghoum Laïd qu’à celui des grands-parents à Mila.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email