-- -- -- / -- -- --
Nationale

Déconfinement à Constantine : Les transporteurs dénoncent les mesures barrières

Déconfinement à Constantine : Les transporteurs dénoncent les mesures barrières

Très peu de chauffeurs de taxi ont été rendez-vous à Constantine trois jours après la décision des autorités de les autoriser à reprendre du service après trois mois d’inactivité.

Beaucoup ont refusé de reprendre la route en raison des consignes de protection contre le covid-19 qu’ils jugent trop restrictives, notamment le plexiglass et le contrôle sanitaire bimestriel.
Ils ont présenté via leur représentation syndicale une série de revendications allant dans le sens d’une meilleure prise en charge de leurs requêtes au représentant de la direction des transports de la capitale de l’Est.

Les transporteurs dans leur ensemble, taxis, bus et autocars, qualifient de non rentable la limitation leur ayant été imposée à un seul client pour les premiers et à la réduction de moitié de leur clientèle pour les seconds. 
En première ligne des revendications avancées par ces professionnels de la route celle relative à l’augmentation des tarifs, d’autant que les hausses ayant touché les carburants sont d’ores et déjà appliquées au niveau des stations-service. 

Une requête froidement accueillie par leur tutelle locale, dont les représentants leur ont toutefois fait la promesse de transmettre leurs revendications au chef du département ministériel.
Il leur a cependant été signifié, à en croire l’un d’entre eux, qu’une telle mesure devrait au préalable obéir à une étude sur sa faisabilité puisque le premier qui payera le prix sera le simple citoyen et souvent au modeste revenu lesquels sont les plus nombreux à utiliser ce type de moyens de transports collectifs.

« J’ai été très impacté par cet arrêt forcé, je n’arrivais plus à subvenir au besoin de ma famille, j’ai à charge trois gosses avec leur mère, et j’ai dû emprunté d’importantes sommes d’argent pour pourvoir passer humblement ces trois mois notamment celui du ramadhan, je me doit donc de reprendre quitte à gagner 500 DA par jour » a lâché un chauffeur de taxi rencontré au niveau de la station de la Rue-Petit au centre-ville qui, lui, a préféré faire fi des consignes de ces collègues.

Seuls deux véhicules étaient stationnés au niveau de cette aire, jadis très fréquentés aussi bien par les habitants des cités périphériques que par les taxis. Selon lui à peine 20% des taxis ont repris la route. En ce qui concerne le tramway de Constantine, les rames sont restées au troisième jour, vides.

La société en charge de la gestion de ce moyen de transport a poursuivie ce mercredi encore après une suspension de de plusieurs semaines des tests de toutes ses rames et ce sur toute la longueur du trajet, soit de la station du centre-ville à Benabdelmalek Ramdane à la ville nouvelle en passant par la cité Zouaghi Slimane. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email