Décoder la reprise économique de la Chine à l'occasion des "deux sessions" – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Algérie-Chine

Décoder la reprise économique de la Chine à l’occasion des « deux sessions »

Décoder la reprise économique de la Chine à l’occasion des « deux sessions »
Photo prise le 17 février 2023 de bras robotisés sur une ligne de production d'une usine de verre à Jiamusi, dans la province chinoise du Heilongjiang (nord-est). (Photo : Wang Jianwei)

Alors qu’un risque de récession continue de planer sur l’économie mondiale, les « deux sessions » qui se déroulent actuellement en Chine ont rassuré les investisseurs et les entreprises sur la capacité de la deuxième plus grande économie mondiale à se remettre des chocs de la COVID-19 et à continuer de servir de moteur de croissance puissant pour le monde.

Dimanche, un éventail d’objectifs économiques pour 2023 très attendus a été dévoilé dans un rapport d’activité du gouvernement faisant l’objet de délibérations et de discussions par les législateurs et les conseillers politiques nationaux, qui se sont réunis à Beijing pour leurs réunions annuelles, également connues sous le nom de « deux sessions ».

D’après le rapport, le produit intérieur brut (PIB) devrait progresser d’environ 5% sur un an. La création de quelque douze millions d’emplois dans les zones urbaines et une hausse d’environ 3% de l’indice des prix à la consommation font également partie des objectifs.

Après une croissance économique plus lente de 3% enregistrée l’année dernière, le rebond prévu dans le rapport, assorti d’une série de mesures favorables à la croissance allant de l’élargissement de la demande intérieure à la modernisation du système industriel, en passant par l’attraction des investissements étrangers, offre une nouvelle impulsion de confiance en ce qui concerne la résilience et les perspectives de l’économie chinoise.

La Chine est capable de réaliser ses objectifs de croissance, indique l’économiste Yu Miaojie, président de l’Université du Liaoning et législateur national. Selon lui, les activités commerciales et la vie de la population sont rapidement revenues à la normale, tandis que le dynamisme de la croissance intérieure s’est accéléré depuis le début de l’année.

« Pour un grand pays en développement comme la Chine, le développement de haute qualité exige un taux de croissance adéquat, et nous devons promouvoir une reprise économique complète le plus vite possible », explique Liu Shangxi, chef de l’Académie des sciences budgétaires de Chine et conseiller politique national.

En fait, un nombre croissant de signes montrent que l’économie connaît une forte reprise, comme le ronronnement des machines dans les usines et la grande fréquentation des sites touristiques.

Des gens choisissent des décorations pour le Nouvel An sur un marché à Zhengding, dans la province chinoise du Hebei (nord), le 18 janvier 2023. (Photo : Zhang Xiaofeng)

L’indice des directeurs d’achat du secteur manufacturier de la Chine a atteint 52,6 en février, son deuxième mois consécutif de hausse et son plus fort niveau depuis avril 2012. Preuves de l’amélioration de la confiance des consommateurs, les revenus du tourisme ont bondi de 30% sur un an, et les cinémas à travers le pays ont enregistré leurs deuxièmes plus grandes recettes au box-office durant les sept jours de congés de la fête du Printemps en janvier. Davantage de villes ont connu une hausse des prix de l’immobilier en base mensuelle en janvier, illustrant la stabilisation du marché immobilier.

Dans un reportage de CNN, Julian Evans-Pritchard, économiste en chef sur la Chine au cabinet-conseil Capital Economics, indique que les dernières données « exceptionnellement fortes » de la Chine confirment un « rebond très rapide » des activités économiques. Face à cette reprise rapide, l’expert estime que la prévision de croissance de 5,5% par son cabinet concernant la Chine cette année pourrait être sous-évaluée.

Réaliser ces objectifs ne sera pas une mission facile. Malgré la tendance à la hausse, le rapport d’activité du gouvernement présenté dimanche met en garde face aux défis extérieurs, y compris l’inflation élevée persistante et l’affaiblissement de la croissance économique et commerciale dans le monde, tout en indiquant que le fondement de la croissance nationale stable doit également être consolidé.

Pour faire face aux défis, une série de politiques favorables à la croissance a été annoncée dans le rapport, y compris un taux de déficit prévu de 3%, la priorité à la reprise et à l’expansion de la consommation, l’émission de 3.800 milliards de yuans (environ 550 milliards de dollars) d’obligations spéciales des gouvernements locaux et des réductions continues d’impôts et de frais pour alléger les fardeaux des entreprises.

Ces nouvelles mesures ont trouvé un écho favorable auprès des législateurs et des conseillers politiques qui participent aux « deux sessions ».

Maintenir l’intensité nécessaire des dépenses gouvernementales aidera à promouvoir la reprise économique complète, indique Zhang Lianqi, vice-président de l’Institut de la fiscalité de Chine (Chinese Tax Institute) et conseiller politique national. Wang Changlin, président de l’Académie de recherche macroéconomique et conseiller politique national, met quant à lui l’accent sur la nécessité de permettre la reprise de la consommation et la réémergence de cette dernière comme principal moteur économique.

Un poids lourd assemblé sur la chaîne de production d’une usine de Shaanxi Automobile Holding Group à Xi’an, dans la province chinoise du Shaanxi (nord-ouest), le 27 septembre 2022. (Photo : Liu Xiao)

Li Xiehua, président de la société Chinalco Advanced Manufacturing Co., Ltd. et législateur national, indique que sa société a considérablement bénéficié des politiques favorables ces dernières années. Après avoir lu les nouvelles mesures, il se dit rassuré et plus confiant.

Avec les objectifs fixés et les actions solides en préparation, le tableau prometteur de l’économie chinoise dressé durant les deux sessions a trouvé un écho à travers le monde.

Commentant l’objectif du PIB, Kevin Kang, économiste en chef de KPMG Chine, note qu’il est plus élevé que celui de la plupart des grandes économies du monde et exprime sa confiance dans la capacité de la Chine à dépasser cet objectif pour atteindre un taux de croissance de 5,7%.

La Chine continuera d’être un des pays majeurs à connaître la plus forte croissance cette année, et sa contribution à la croissance économique mondiale atteindra 30%, d’après Steven Barnett, représentant résident supérieur en Chine du FMI.

Plus récemment, l’agence de notation Moody’s a revu à la hausse sa prévision de la croissance chinoise, la faisant passer de 4% à 5% pour cette année et en 2024.

La Chine est la seule économie majeure dans le monde qui devrait connaître une croissance satisfaisante à la fois concernant les bénéfices des entreprises et son PIB en 2023, d’après un rapport publié par le magazine Barron’s. « Considérant l’appétit de la Chine en termes d’énergie, de véhicules et de bien d’autres choses, cela est une bonne nouvelle pour l’économie mondiale et accroît les chances pour que le monde évite une récession, alors même que les Etats-Unis et l’Europe subissent un ralentissement ».

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email