-- -- -- / -- -- --
Nationale

Décès d’une femme médecin : Benbouzid ordonne l’ouverture d’une enquête

Décès d’une femme médecin : Benbouzid ordonne l’ouverture d’une enquête

Le ministre de la Santé, Abderahmane Benbouzid a ordonné hier l’ouverture d’une enquête pour déterminer les circonstances du décès du docteur Wafaa Boudia atteinte du Covid-19 et suite au refus du directeur de l’hôpital de Ras El Oued dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj de la dispenser du travail.

« Il n’y a aucune accusation pour le moment, l’enquête va dire la vérité », a ajouté M. Benbouzid en marge de la présentation des condoléances du président Tebboune et du gouvernement à la famille de la défunte dont le domicile familial est situé à Ain Kebira dans la wilaya de Sétif. Il a précisé que l’inspecteur général du ministère s’est rendu à l’hôpital de Ras El Oued pour effectuer l’enquête sur les circonstances de ce drame qui a provoqué une vive émotion parmi les Algériens.

Les ministres de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, Abderahmane Benbouzid et la ministre de la Solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme, Kaouter Krikou, ont présenté ce samedi, les condoléances du président de la République, Abdelmadjid Tebboune à la famille du médecin, Wafa Boudissa, décédée vendredi des suites d’une infection par le coronavirus.

Benbouzid a indiqué depuis le domicile de la famille de la défunte qu’il était venu présenter les condoléances du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, du Premier ministre Abdelaziz Djerad, du gouvernement, ainsi que le secteur de la santé à l’époux et la fille de la défunte et à toute sa famille.

Le ministre de la Santé a relevé que « l’Algérie a perdu un médecin qui exerçait dans un service qui présente beaucoup de danger, ce qui soulève de nombreuses questions », soulignant que des instructions ont été données à l’effet de dépêcher l’inspecteur général du ministère de la Santé et de la Population à l’hôpital de Ras El-Oued dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj, où exerçait Dr Boudissa « pour s’enquérir des raisons qui ont amenées la défunte à travailler dans un service constituant un danger pour elle et son fœtus ».

De son côté, la ministre de la Solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme, Mme Kaouter Krikou, a expliqué que « l’Algérie n’a pas perdu uniquement un médecin, mais aussi une femme algérienne et ceci est affligeant » .

Soulignant qu’elle accompagne le ministre de la Santé et de la Population, pour présenter les condoléances du président de la République et du Premier ministre à la famille de la défunte, la ministre a fait part également de « la compassion et la profonde émotion des membres du gouvernement à la famille du Dr Boudissa qui a laissé derrière elle une petite fille ».

Pour rappel le docteur Wafa Boudissa, âgée de 28 ans, médecin généraliste à l’hôpital de Ras el Oued (Bordj Bou Arreridj) et enceinte de huit mois, est décédée vendredi à l’hôpital Ain El Kebira, au nord de Sétif Nord, infectée par le Covid-19. Selon les proches de la défunte elle avait tenté à maintes reprises d’attirer l’attention de la direction de son hôpital pour l’exempter de son travail, en application du décret présidentiel relatif à la mise en congé des femmes enceintes durant la pandémie de coronavirus.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email