-- -- -- / -- -- --
Nationale

Décès du Wali d’Annaba: colère et consternation de la population locale

Décès du Wali d’Annaba: colère et consternation de la population locale

Décédé mardi dernier en fin d’après-midi à l’Institut mutualiste Montsouris de Paris et enterré hier a constantine, le wali d’Annaba, a fait pleurer hier beaucoup de citoyens et provoqué des colères violentes chez d’autres. En une seule année, Mounib Sendid avait su trouver les réponses nécessaires aux préoccupations de la population annabie et mettre des freins au laisser-aller de certains responsables peu scrupuleux.

Il s’attaquera d’une main de fer à la maffia du foncier et c’est cette dernière, selon des citoyens rencontrés, qui est arrivée à bout du cœur du wali d’Annaba : « Le wali est arrivé en très bonne santé à Annaba et quand il a commencé à toucher aux intérêts de cette maffia qui veut même accaparer les espaces verts, plusieurs d’entre nous étaient persuadés qu’ils auront sa peau », nous a déclaré un fonctionnaire retraité.

Vendredi, sur le cours de la Révolution, principale place de la « Coquette », au niveau des différentes cafeteria, le sujet des conversations est le même : qui a provoqué le malaise cardiaque au wali ? Qui l’a menacé ? Car personne ne croit que c’était un malaise normal. On évoque le fils d’un dignitaire de la ville qui n’avait cessé ces derniers mois de harceler le wali pour bénéficier de plusieurs parcelles de terrain dans des endroits les plus chics de la ville.

On parle aussi avec affirmation que cette personne avait eue une violente altercation avec lui et l’aurait même menacée. Selon d’autres citoyens proches de la wilaya d’Annaba, Mounib Sendid avait même adressé une lettre de démission à sa tutelle, mais cette dernière aurait refusé. Annaba est-elle une ville dangereuse ? C’est par l’affirmatif que répondent de nombreux citoyens.

Pour preuve, on évoque l’absence d’un chef de daïra à Annaba depuis plus d’un an et ce ne sont pas les candidats qui manquent pour ce poste important. Pour ammi Lakhdar, ancien moudjahid, « personne ne veut accepter le poste de chef de daïra à Annaba et pour bientôt qui acceptera d’être wali d’Annaba ? », a-t-il ironisé. Pour le moment Annaba est en deuil et pleure un grand commis de l’Etat qui n’avait, en arrivant dans cette wilaya, qu’une seule ambition : servir les citoyens de la « capitale de l’acier » avant toute autre chose.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email