-- -- -- / -- -- --
Monde

Décès du président tunisien Béji Caïd Essebsi

Décès du président tunisien Béji Caïd Essebsi

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi, élu démocratiquement est mort ce jeudi 25 juillet à l’hôpital militaire de Tunis, a annoncé la présidence tunisienne. Sa mort ouvre la voie de la succession pour laquelle le parti Ennahda semble en meilleure posture.

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi est décédé dans l’exercice de ses fonctions à l’âge de 92 ans, jeudi 25 juillet. Il était hospitalisé pour un problème de santé consécutif au sérieux malaise qu’il avait eu le mois dernier.

Quatrième président de la République depuis son investiture le 31 décembre 2014, il était le chef d’État en fonction le plus âgé après Elizabeth II et le président malaisien Mahathir Mohamad.

En avril 2019, fatigué, il avait déjà renoncé à briguer un second mandat, préférant “laisser la place aux jeunes”. 
Né le 29 novembre 1926 à Sidi Bou Saïd au sein d’une famille bourgeoise d’agriculteurs de Tunis, le jeune Essebsi est marqué dès l’âge de 12 ans par les événements du 9 avril 1938, émeutes aux cours desquelles des contestataires réclament des réformes visant à mettre fin au protectorat français.

Il s’engage dans sa jeunesse du Néo-Destour, sous la houlette de Habib Bourguiba, un parti politique socialiste qui œuvre pour le retrait de la France du territoire tunisien, sous protectorat.
Il étudie le droit en France et devient alors vice-président de l’Association des étudiants musulmans nord-africains ainsi que membre actif de la résistance contre le protectorat français.

Proche d’Habib Bourguiba devenu président en 1957, il est nommé directeur de la sûreté nationale .

En 1981, il est nommé  ministre des Affaires étrangères puis démissionne. Il est ensuite nommé ambassadeur,  en Allemagne de l’Ouest.

Après le coup d’État du 7 novembre 1987, Béji Caïd Essebsi (BCE comme le nomme ses pairs) entre au gouvernement sous la présidence de Zine el-Abidine Ben Ali. Il occupe ainsi le poste de ministre de l’Intérieur ainsi que celui de président de l’Assemblée nationale tunisienne, avant de prendre une nouvelle fois ses distances avec le pouvoir.

Après la révolution du Printemps arabe en 2011, il signe son grand retour en devenant Premier ministre du gouvernement provisoire post-révolutionnaire le 27 février, poste qu’il quitte le 24 décembre pour laisser sa place à Hamadi Jebali.

En 2012 il fonde Nidaa Tounes. un parti hétéroclite composé d’hommes d’affaires, d’intellectuels, de syndicalistes, de militants de gauche mais aussi de proches de l’ancien régime déterminés à faire barrage aux islamistes d’Ennahdha. Sa formation remporte les élections législatives de 2014 et cette victoire ouvre la voie à la présidentielle. BCE père de quatre enfants remporte l’élection face au président sortant, Moncef Marzouki.

Premier président élu au suffrage universel de l’histoire de la Tunisie, Béji Caïd Essebsi a mené la Tunisie sur le chemin de la démocratie. Son décès laisse la présidence vacante et des périodes de tensions en perspective. Le parti Ennahda en embuscade depuis son score aux communales semble le mieux placé pour prendre le contrôle de la présidence.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email