-- -- -- / -- -- --
Culture

Décès du comédien Mustapha Preure à l’âge de 87 ans

Décès du comédien Mustapha Preure à l’âge de 87 ans

Le célèbre comédien Mustapha Preure est décédé dans la nuit de vendredi à samedi, à Alger à l’âge de 87 ans des suites de complications dues à son infection au coronavirus, ont annoncé ses proches sur les réseaux sociaux.

Né à la Casbah d’Alger en 1935, Mustapha Preure a fréquenté l’école Sarrouy à Soustara, et s’était lancé, alors qu’il n’avait que 6 ans, dans la pratique du 4e Art avec la troupe théâtrale “El Kotb” de la Pêcherie d’Alger, au sein des Scouts musulmans algériens.

Mustapha Preure est passé par tous “les métiers des Arts de la scène”, comptant à son actif “une carrière de plus de 70 ans au service de la Culture algérienne”, dira le comédien, Abdelhamid Rabia.

Ayant débuté sa carrière artistique en 1948 sur les planches du théâtre, Mustapha Preure avait rejoint les rangs du Front de libération nationale au déclenchement de la guerre de libération. Contacté en 1958 par le révolutionnaire et héros de la bataille d’Alger Osman Hadji dit Ramel, le défunt avait rejoint les rangs des moudjahidines et fut incarcéré à la prison d’El Harrach, puis à Blida, jusqu’à sa sortie.

Après le recouvrement de l’indépendance il s’est entièrement consacré à l’art passant du théâtre à la télévision pour enchaîner plus d’une centaine d’apparition sur grand écran et sur les planches et de nombreux travaux pour la télévision.

Animateur, directeur de production à la Télévision et à la Radio nationales, musicien, comédien au Théâtre national algérien ainsi qu’à la radio, et acteur à la Télévision et au cinéma, le défunt a plusieurs fois était honoré à différentes occasions dans les quatre coins de l’Algérie.

Il avait également marqué le public par sa voix lors de son passage prolifique et remarqué sur les ondes de la radio où il avait également présenté de nombreuses œuvres.

Parmi les œuvres dans lesquelles le défunt avait pris part, “Enness elli m’aâna” (Théâtre), “La nuit a peur du soleil”, “Les portes du silence”, “Chafika baâd El’likae” ou encore, “Le brocanteur” (feuilleton).

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email