-- -- -- / -- -- --
Culture

Décès de Mohamed Hilmi, un géant de la comédie algérienne

Décès de Mohamed Hilmi, un géant de la comédie algérienne

Le dramaturge, réalisateur, acteur, comédien et metteur en scène Mohamed Hilmi, un des géant de la comédie algérienne, est décédé ce mercredi matin à l’âge de 90 ans, ont annoncé ses proches.

De son vrai nom Brahimi Mohamed Améziane, l’artiste aura, sans conteste, marqué plusieurs générations et la vie culturelle de l’Algérie post-indépendante, plusieurs décennies durant.

Le parcours du défunt est jalonné de réalisations à la fois radiophoniques, télévisuelles mais aussi théâtrales. Il est surtout connu pour ses nombreuses comédies musicales et les téléfilms utilisant la chansonnette où il s’impose comme le maître incontesté.

En 1944, alors âgé de 13 ans, il quitte son village natal à Azzefoun pour s’installer à Alger. Trois ans plus tard, il est sollicité pour son premier rôle dans une pièce de théâtre Ould Ellil.

C’est alors que Mahieddine Bachtarzi commence à lui attribuer de petits rôles au théâtre. Baignant de milieu artistique algérois, s’ouvrent à lui les portes de la Radio, en 1949, où il rejoint Réda Falaki et écrit sa première pièce de radiophonique pour la chaine d’expression amazighe.

Suite à son décès, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a adressé un message de condoléances à la famille du défunt.

« C’est avec une immense affliction et tristesse que j’ai appris la nouvelle de la disparition de l’artiste Mohamed Hilmi. Que Dieu ait son âme et le comble de Sa sainte Miséricorde », a écrit le Président Tebboune dans son message.

« Une icône de la scène artistique algérienne vient de nous quitter après avoir contribué, par son talent et sa créativité, à l’enrichissement de la production télévisuelle et cinématographique pendant de longues années, marquant de son empreinte plusieurs œuvres artistiques de qualité, ayant gagné le respect et l’estime du grand public et des Hommes de la Culture et de l’Art de notre pays », a-t-il poursuivi.

« En cette douloureuse épreuve, je tiens à présenter à la famille du défunt ainsi qu’à la famille de l’Art et de la Culture mes condoléances les plus attristées et mes sincères sentiments de compassion, priant Allah d’accorder au défunt Sa sainte miséricorde et de prêter aux siens patience et réconfort. A Dieu nous appartenons et à lui nous retournons », a conclu le Président Tebboune.

Le défunt a été enterré au cimetière de Sidi M’hamed, à Alger, après la prière d’El-Asr.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email