-- -- -- / -- -- --
Culture

Décès de Bendedouche: Les artistes saluent l’un des pionniers de l’audiovisuel algérien

Décès de Bendedouche: Les artistes saluent l’un des pionniers de l’audiovisuel algérien

Des nombreux artistes membres de sa familles, proches et amis ont accompagné à sa dernière demeure ce dimanche au cimetière d’Oued Erromane le cinéaste Djamel Bendeddouche, décédé dans la nuit de samedi à dimanche, à Alger, à l’âge de 80 ans.

Ne à Tlemcen en 1940, Djamel Bendeddouche rejoint Alger en 1948 pour se frayer un chemin dans l’art et la culture. Il a débuté sa carrière dans le théâtre radiophonique pour les programmes algériens au temps de la colonisation avant de rejoindre la télévision nationale au lendemain du recouvrement de l’indépendance.

Il a réalisé de nombreux documentaires et courts métrage pour le compte de la télévision publique, dont” Le conflit”, Laboratoire” et “L’oiseau blanc” avant de rejoindre l’entreprise nationale de production audiovisuelle (Enpa) où il produit de nombreuses œuvres pédagogiques.

Djamel Bendeddouche, qui avait poussé sa formation en France et mettait un point d’honneur à former les nouvelles générations, avait fondé une entreprise de production audiovisuelle et avait signé son œuvre majeure “Arezki l’indigène” en 2007.

Evoquant la carrière du défunt, l’acteur et scénariste de de théâtre, Abdelhamid Rabia décrit “un homme d’une très grande culture qui a été l’un des pionniers du mouvement de l’audio-visuel algérien”.

L’ancien journaliste de la revue “El Athir” de la télévision nationale et ancien député, a affirmé sur un post sur Facebook, que le défunt qu’il a connu en 1971 était d’une grande bonté faisant partie des jeunes réalisateurs de talent à l’image de Lamine Merbah, Djamel Fezzaz, Bachir Belhadj et d’autres”

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email