-- -- -- / -- -- --
Nationale

Débrayage des travailleurs de la SNTF à Alger

Débrayage des travailleurs de la SNTF à Alger

Le trafic ferroviaire au niveau des gares d’Alger a été paralysé quelques heures mercredi dans la matinée, à cause d’un arrêt de travail déclenché par les travailleurs de l’entreprise (SNTF) pour revendiquer le changement immédiat de la signalisation. « Ce débrayage a été déclenchée par les travailleurs de la SNTF qui ont posé comme condition à la reprise du travail, un changement immédiat de la signalisation » a indiqué à l’APS le directeur général de la société nationale de transports ferroviaires, Yacine Bendjaballh.

Il est à noter que ce débrayage a fait obliger les voyageurs et les abonnés à prendre d’autres moyens de transports afin de rallier leur travail. Notons qu’au niveau du quartier du Hamma, entre les gares des Ateliers et Hussein Dey, un train électrique était immobilisé aux environs de 8 heures 10 minutes, et des voyageurs en descendaient.

De même, à la gare de l’Agha, les agents des guichets de vente de billets remboursaient les voyageurs, alors que des syndicalistes ont refusé de s’adresser à la presse. Dans l’après midi Un accord a été dégagé avec les représentants des travailleurs pour mettre fin à leurs débrayage. « Nous avons trouvé un accord en deux points pour la reprise immédiate du trafic ferroviaire a expliqué le directeur général, Yacine Bendjaballah. « Ces deux points portent sur un démenti que nous allons diffuser portant sur le bon fonctionnement des installations ferroviaires, et sur l’engagement d’un bureau d’études étranger chargé de faire un audit complet des installations ferroviaires », ajoute Bendjaballah. Cet audit doit enlever tout doute sur le bon fonctionnement des installations ferroviaires.

Même si elles sont plus ou moins anciennes, elles fonctionnent correctement grâce à une bonne maintenance », a encore souligné le même responsable. Suite à cet accord le trafic ferroviaire a repris progressivement à Alger après la conclusion de cet accord en deux points entre la direction générale et les grévistes. 

Il convient de rappeler que le 5 novembre dernier, un train de banlieue Alger-Thénia avait déraillé au niveau de la gare d’Hussein-Dey au moment de son aiguillage, faisant un mort et plus de 60 blessés. Un rapport préliminaire d’une commission d’enquête mise sur pied par le ministère pointe du doigt la vitesse du train (130 km/h au lieu de 30km/h) au moment de son aiguillage sur une aire de stationnement temporaire.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email