-- -- -- / -- -- --
Sports

Débarqué du Raja Casablanca / Abdelhakim Benchikha, une côte en baisse

Débarqué du Raja Casablanca / Abdelhakim Benchikha, une côte en baisse

Il devait prendre en main les destinées du vice-champion du Maroc le Raja de Casablanca durant les deux prochaines saisons mais les résultats en ont décidé autrement et il ne dirigera plus le banc de touche des « Diables Verts », le second pôle footballistique de la capitale économique du royaume chérifien, Casablanca.

L’élimination concédée en Coupe du Trône devant l’équipe du Jaish (défaite4-2 à l’issue des matchs « aller » et « retour ») a donné un tournant imprévisible au cours évènements et, bien sûr, coûté très cher à son entraîneur, l’Algérien, Abdelhakim Benchikha, qui a été aussitôt démis de ses fonctions par les dirigeants du club.

Une élimination tournant à l’humiliation parce que concédée au bout des 16es de finale de l’épreuve devant un l’adversaire de toujours, le club phare de la capitale (politique celle-là), les FAR de Rabat.

Un limogeage « logique » du moment que les responsables Rajaouis, appréciant très mal le revers, n’ont pas tardé à prendre les mesures qui s’imposent (quand c’est le résultat immédiat qui le commande et prend le pas sur les projets à long terme) en informant l’ancien sélectionneur national qu’il était mis fin à ses fonctions de coach de l’équipe.

Recruté en raison essentiellement des bons résultats réalisés à la tête de la modeste formation de Difaâ El Jadidi du Maroc, l’ancien belouizdadi n’a donc pas tardé de déchanter lui qui espérait mener au sacre le vice-champion sortant et gagner en galons en raison du prestige et de la notoriété du sigle qui fait référence au Maghreb et en Afrique avant qu’une partie des joueurs avec lesquels il entretenait des relations tendues et qu’il pointe du doigt, ne le poussent à la sortie.

De là à … ? Une expérience qui tourne court mais l’intéressé, sur les tablettes entre autre de plusieurs clubs intéressés par son profil, figurerait en bonne position, avec le revenant Menad qui est mieux placé toutefois et qui aurait même donné son accord de principe, dans les priorités de Hannachi, mais pourrait revenir en Tunisie où il a déjà eu à officier, à la tête cette fois du Club Sfaxien en remplacement du Français Phillipe Troussier pour sa part débarqué par sa direction suite à l’élimination en ½ finales de la ligue des champions. Ainsi est rythmée la vie des entraîneurs.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email