-- -- -- / -- -- --
Nationale

De nouvelles mesures contre le terrorisme routier

De nouvelles mesures contre le terrorisme routier

En Algérie, en dépit des efforts consentis dans le domaine de la lutte contre les accidents de la route, les résultats réalisés sont encore très loin des objectifs escomptés.

L’année 2016 a été moins sanglante par rapport aux années précédentes, a révélé le directeur du Centre national de prévention et de sécurité routière, Ahmed Naït El-Hocine.

Comparativement aux années précédentes, où le nombre décès suit à des accidents de la route se chiffrait globalement à 4 000, M. Naït El-Hocine a fait part d’un net fléchissement du nombre des sinistres routiers et de celui des victimes pour l’année 2016. S’exprimant, lundi sur les ondes de la

Chaîne III de la radio algérienne, M. Naït El-Hocine a avancé le chiffre de 27 168 accidents de la route enregistrés (-17,4%) durant les 11 mois de l’année 2016, se soldant par la mort de 3 718 personnes (549 vies épargnées) et 41 544 blessés, soit 10 903 de moins que ceux observés habituellement au cours des cinq dernières années, et dont il impute la responsabilité, pour une large part, à des conducteurs de moins de 29 ans.

L’intervenant déclare souhaiter de meilleurs résultats suite aux nouvelles mesures coercitives appelées à être introduites à l’égard des personnes contrevenant aux règles de conduite, notamment,
précise-t-il, à travers une révision à la hausse du montant des amendes pour des infractions « génératrices d’accidents ».

Il annonce, en outre, la prochaine introduction de mesures répressives à l’encontre des conducteurs de véhicules de transport de voyageurs et de marchandises ne se conformant pas à la durée légale de travail et dont l’état de somnolence est, relève-t-il, à l’origine d’accidents meurtriers.

Au titre de la réorganisation de la politique de sécurité routière, M. Naït El-Hocine signale que le système appelé à être mis en place ne va pas reposer uniquement sur la coercition mais qu’il alliera aussi des mesures pédagogiques et éducatives à l’endroit des conducteurs et des prétendants à un permis de conduire.

L’un des instruments central de la prévention des accidents est représenté, déclare-t-il, par le permis à points, dont la totalité des retranchements pourrait, prévient-il, aller jusqu’à l’invalidation de ce document.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email