-- -- -- / -- -- --
Nationale

De nouvelles marches annoncées pour vendredi

De nouvelles marches annoncées pour vendredi

Plusieurs appels sont lancés sur les réseaux sociaux et les applications mobiles pour de nouvelles manifestations pacifiques demain vendredi pour protester contre la candidature du président Abdelaziz Bouteflika pour un 5e mandat à la tête de l’Etat.

Ces appels, pour la plupart émanant de citoyens anonymes, se propagent comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. Ils font suite aux marches du 22 février dans plusieurs villes du pays, également suite à des appels de mobilisation sur les réseaux sociaux. L’annonce de la candidature du président Bouteflika, le 9 février dernier, a suscité d’abord des contestations sur Facebook qui compte 24 millions d’abonnés en Algérie, avant que n’apparaissent des appels aux marches après la prière du vendredi. Les autorités avaient mis en place un impressionnant dispositif de sécurité pour interdire la marche dans la capitale et d’autres villes, tandis que le ministère des Affaires religieuses avait instruit les imams de prononcer des prêches qui découragent le recours aux manifestations.

Or, rien n’a découragé les citoyens de marcher pacifiquement et d’une manière exemplaire, évitant tout débordement ou acte de violence, ce qui a ouvert la voie aux sit-in et marches initiées par les étudiants et aux rassemblements d’avocats. A Alger, les manifestants ont sillonné les principales artères du Centre-ville dans le calme, sous l’œil des agents de l’ordre public, qui n’ont pas empêché la progression de la marche à l’exception des groupes qui ont tenté de se diriger vers le siège de la présidence. Ces marches, les premières du genre sous le règne de Bouteflika, constituent un camouflet pour l’alliance présidentielle, à telle enseigne que le secrétaire général du FLN, Moad Bouchareb s’est illustré par des propos jugés provocateurs à l’égard des manifestants dans les milieux politiques, le contraignant à une mise au point. Lors d’une rencontre à Oran samedi dernier avec les militants du parti, Bouchareb qualifia les opposants à la candidature de Bouteflika de « rêveurs ».

Toutefois, son alter-ego au sein de l’alliance et Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a relevé le caractère pacifique des marches tout en mettant en garde contre les dérapages, dans son allocution à l’occasion de la présentation du bilan général du gouvernement lundi. Comme réponse aux attentes des contestataires du 5e mandat, Ouyahia a rappelé la proposition de Bouteflika de tenir une conférence nationale de consensus sans précédent, pouvant proposer un amendement “radical” de la Constitution. Une offre qui ne semble pas satisfaire ceux qui veulent occuper les rues encore une fois demain.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email